News on fire

« Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Tim Burton – La chronique qui dit « le Freak, c’est chic » !

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Tim Burton

Le Pitch (Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs) : À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

 

Adaptation du best-seller de Ransom Riggs dont nous vous avions parlé avec enthousiasme il y a quelques mois (voir la chronique du livre ici !), « Miss Peregrine et les enfants particuliers » marque le retour en grande forme d’un Tim Burton plutôt très inspiré ! Même si tout n’y est pas parfait.

miss_peregrine_couverture

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Tim Burton

Étonnamment, au vu de l’affiche colorée et acidulée du film et de la première bande-annonce qui semblaient toutes deux dénaturer le matériau de base, Tim Burton propose un film plus mature que supposé, si l’on excepte deux/trois gags foireux qui remplissent (mal) le cahier des charges pour ados. Une concession aux studios ?

Car c’est de l’anti-Harry Potter que nous a concocté Tim Burton. Ce qui n’est pas faire offense aux adaptations réussies de la saga de J.K. Rowling. C’est juste une question de tonalité et d’atmosphère. Ici ce n’est pas la magie et le merveilleux qui donnent le ton mais plutôt les codes assumés de l’horreur et de l’étrange. On retrouvera d’ailleurs l’influence visuelle d’un « Freaks » de Tod Browning ainsi que celles des films d’horreur de la grande époque Universal où le monstre était à la fois transcendant et tragique.

freaks_browning

Freaks – Tod Browning

universal_monsters

Universal Monsters

Certaines des caractéristiques des enfants particuliers vont d’ailleurs dans ce sens. Certains sont physiquement « monstrueux » et loin de la « disneyfication » du mutant, souvent beau et propre sur lui. J’en veux pour preuve le personnage de Claire au visage charmant et aux boucles de cheveux de petite fille modèle mais qui cache une bouche aux grandes dents aiguisées et voraces en son occiput.

Afficher l'image d'origine

Elle n’est pas la seule dans ce cas mais ne vous déflorons pas la surprise. C’est encore plus flagrant avec les personnages des « sépulcreux », vision cauchemardesque ultime, rarement vue dans un film pour ados. Sans parler de certaines scènes vraiment cra-cra qui vont vous faire crier un gros « beuuuurk » de dégoût dans la salle ! Ce Tim B. n’a décidément peur de rien.

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers_burton_sepulcreux

Samuel L. Jackson – Sépulcreux

Tim Burton s’approprie avec facilité l’univers crépusculaire de Ransom Riggs (qui était taillé pour lui de toutes façons). Cette histoire d’enfant solitaire qui n’arrive pas à trouver sa place dans la société et ses contemporains et qui préfère s’évader dans un monde rempli de freaks s’imbrique totalement dans l’univers Burtonien.

On y trouvera d’ailleurs beaucoup d’hommages aux films précédents du réalisateur et à ses multiples influences (celles citées plus haut mais pas seulement), avec notamment une scène qui pastiche « Shining ». Un régal pour les cinéphiles. D’ailleurs, si vous prêtez l’œil, vous verrez un cameo de Burton himself ! Bingo pour l’auto-référence jouissive !

Et, cerise sur le gâteau, Burton évite les écueils bariolés et rococo de ses dernières productions surjouées et gueulardes où Johnny Depp venait cachetonner. Cette fois-ci, soulagement, le jeu des comédiens n’a pas à être grand-guignolesque pour verser dans le fantastique. L’ambiance distillée par l’univers « Miss Peregrine » se suffit à elle-même. Malheureusement, on n’échappera quand même pas au cabotinage à outrance de Samuel L. Jackson qui en fait un peu trop.

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Tim Burton

L’autre force du film est le casting de haute tenue. A part le choix hasardeux de Samuel L. Jackson, la BONNE surprise du film est Eva Green qui sublime le métrage de sa présence. Mutine et mystérieuse, elle était déjà l’unique raison de voir « Dark Shadows » (l’un des précédents films de Tim Burton). Elle illumine et irradie chacune des scènes où elle apparaît. Un choix judicieux et évident.

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers_burton_eva_green

Miss Peregrine – Eva Green

Le jeu assez inexpressif de Asa Butterfield (assez décrié par certaines critiques) colle parfaitement à l’image qu’on pouvait se faire du jeune héros en lisant le livre. Son jeu contraste du coup parfaitement avec le reste des enfants particuliers, plus volubiles et à la présence plus marquée. Notamment Ella Purnell qui est la seconde révélation du métrage.

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers_burton

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Le bestiaire du film va nous régaler les yeux et nourrir notre imaginaire d’images fugaces mais pérennes. Parfois même de poésie. Les effets spéciaux mélangent avec succès les effets numériques actuels à ceux plus old school de la stop-motion ajoutant un charme suranné à l’ensemble (aaah cet hommage à Ray Harryhausen !). On est donc loin d’une orgie d’effets spéciaux que le réalisateur choisit judicieusement de conserver pour un final en crescendo mais jubilatoire !

miss_peregrine_et_les_enfants_particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Tim Burton

Quelques petits défauts subsistent néanmoins. Notamment un manque d’émotion et d’incarnation – Parfois les trémolos, ça fait du bien – Le film a les défauts de ses qualités : la froideur nécessaire pour installer cet univers atypique et barré se heurte à l’idée de chaleur émotionnelle qui empêche d’accéder au nirvana ultime, l’empathie avec les personnages.

Le film est complexe et, tout comme le livre, prend son temps pour s’installer. Prenant le risque de jouer à outrance la carte du mystère pré-fabriqué et de susciter une attente gratuite et vaine pour dévoiler enfin tous ses secrets aux spectateurs. Ces défauts ne sont pas majeurs et ne nuiront en aucun cas à votre plaisir de spectateurs mais évités, ils auraient placé le film sur orbite !

Miss Peregrine s’inscrit dans un cadre austère et réaliste ou l’étrange apparaît par touche. Les moments sublimes étant ceux où l’on glisse doucement dans le surnaturel, où des voix fantomatiques te susurrent que la réalité s’efface pour laisser place à ton infinie imagination…

4

4/5

Si vous souhaitez d’autres avis, je vous invite à lire l’excellente chronique de Juneandcie en cliquant ici !

About Smadj (933 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

21 Comments on « Miss Peregrine et les enfants particuliers » de Tim Burton – La chronique qui dit « le Freak, c’est chic » !

  1. Ah oui, ok. Bon je ne pense pas pouvoir le voir au ciné, c’est mal engagé mais évidemment j’ai envie de voir ce que cela donne, un Burton quand même 😉 Joli retour.

    Aimé par 1 personne

  2. Comme je l’avais dit lors de ta chronique du livre, j’y suis allée. Je n’ai pas ta culture cinématographique alors je n’ai pas vu tous les clins d’oeils. Je me suis laissée portée par ce film et ai apprécié toutes les ambiances. Un beau film, mais peut être pas un grand film. Ce qu’on a trouvé paradoxal avec mon homme est que ce film semble s’adresser aux plus jeunes par le cote blanc et noir du mal et du bien. Sauf que…Sauf que ça leur fait peur
    Il y a des monstres vraiment pas beaux mais qui ne sont pas assez monstrueux pour nous, les adultes….alors je ne sais pas, partagée. ..en revanche, côté esthétique c’est 5 sur 5 !!

    Aimé par 1 personne

  3. C’est tout à fait ça … Je ne sais pas aussi bien dire les choses mais tout ce que tu as écrit (même qu’il y en a que je ne connais pas, des mots .. 😉 ) est bien senti. Un petit manque d’empathie c’est exactement ça, alors que le casting est des plus juste.

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai bien apprécié le film mais je suis comme toi, il me manque un petit quelque chose. De l’empathie ? Je ne sais pas. J’ai eu l’impression que Burton aurait pu aller plus loin.

    Aimé par 1 personne

  5. Mon ami David, que voilà une chronique inspirée… Tu parles diablement bien de ce film! Et les quelques parallèles avec d’autres films, comme l’inoubliable « Freaks » donnent déjà une idée de la teneur de l’ensemble. Peut-être avec un regard moins noir, si je te lis bien.
    J’essaierai de me le faire dès que possible en DVD. (pas de cinoche dans mon trou paumé! )
    Amitiés.

    Aimé par 1 personne

  6. Joli jeux de mots dans le titre !! 😀 Eva Grenn, ça lui va bien, ce genre de rôle.

    J'aime

  7. Film vu dimanche, beaucoup de jeunes enfants dans la salle (å quoi sert l’avertissement stipulé on se demande…) j’ai beaucoup aimė les personnages, l’atmosphère, la propriėtė, l’attente, la surprise,… autant le personnage de Samuel L.J. et ses congénęres poluent le film… trop présent, sans grand intérêt, il m’ont fatigué (pourtant j’adore l’acteur) et j’étais ravie quand toute cette partie c’est terminée : on aurait dit deux histoires en une…. Vivement la suite

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton commentaire Sylvie 😊
      Oui j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’enfants aussi et Cest à cause de l’affiche qui laisse bien entendre que c’est un spectacle familial…
      Comme tu le dis si bien cependant : vivement la suite !

      J'aime

  8. J’ai retrouvé mon âme d’enfant et j’ai apprécié le livre tout autant que le film,les défauts je les oublie je ne connaissais pas ce mot étant toute petite (lol) chouette chro,une nouvelle fois 😉

    Aimé par 1 personne

  9. Depuis le temps que j’attendais un retour de Burton, j’ai été on ne peut plus servi et je reste totalement en dehors de l’objectivité en le plaçant parmi mes films de l’année. Très belle critique en tout cas, même si justement je ne suis pas d’accord sur la prestation et le Rôle de Samuel L.Jackson que je trouve très bien intégré justement car il en fait beaucoup (et c’ets ce que j’attendais)

    Aimé par 1 personne

10 Trackbacks / Pingbacks

  1. « Miss Peregrine et les enfants particuliers » – La chronique particulière, pas vrai Miss P. ? – Cest Contagieux!
  2. Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children
  3. Box-Office US du 09/10/16 : « La Fille du Train » a un train d’avance sur « Miss Peregrine » ! – Cest Contagieux!
  4. Box-Office France du 12/10/16: « Miss Peregrine »charme le box-office ! – Cest Contagieux!
  5. Box-Office du 16/10/16 : « Mr Wolff » avec Ben Affleck dévore la concurrence ! – Cest Contagieux!
  6. Box-office France du 20/10/16 : Ca se fighte sec pour la 1ère place cette semaine ! – Cest Contagieux!
  7. Box-Office US du 23/10/16 : Qu’il est mou ce box-office US depuis la rentrée… – Cest Contagieux!
  8. Box-Office US du 30/10/16 : « Inferno » n’ira pas au ciel ! – Cest Contagieux!
  9. Box-Office France du 01/11/16 : « Doctor Strange » ensorcelle le box-office et « Trolls » est un gros carton ! – Cest Contagieux!
  10. Box-office US du 06/11/16 : « Doctor Strange » réanime le box-office ! Enfin ! – Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, ateliers d'écriture, quelques écrits .

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

notes bleues pour nuits noires

Blog littéraire et bien plus avec affinités, cinéma, théâtre et autres sorties culturelles

%d blogueurs aiment cette page :