News on fire

« Signe de vie » de José Rodrigues Dos Santos – La chronique en mode hyper-espace !

signes_de_vie_jr_dos_santos

Aaah les extra-terrestres, leur petite bouille atypique légèrement déformée, leurs yeux en forme de bille noire, leur couleur de peau vert de gris phosphorescent tellement tendance sur les rooftops parisiens, leurs longs doigts effilés qui t’agrippent le cou…

Oui, je les déjà ai rencontrés. Pour moi, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne alors que je cherchais un raccourci que jamais je n’ai trouvé… Mais pour célébrer leur retour et bien les accueillir, je leur ai préparé une chanson : « Les aliens sont nos amis, il faut les aimer aussi, comme nous ils ont une âme, comme Morbac et Moucham ! »

Le postulat de « Signe de vie » est de répondre à la question « Sommes-nous vraiment seuls dans l’univers ?» de manière romanesque certes, mais étayé. Étayé car nous sommes dans un livre de José Rodrigues Dos Santos et que c’est sa marque de fabrique. Vulgariser les sciences et l’Histoire de l’humanité, se les approprier pour construire son œuvre, défendre ses thèses et nous raconter des histoires extraordinaires.

Une fois de plus, Dos Santos met en scène son personnage fétiche Tomás Noronha, le cryptanalyste surdoué, son Robert Langdon à lui. Un candide lettré qui sert de passe-partout pour crocheter la serrure des secrets de l’univers.

Sauf que la vulgarisation est un peu en panne ici. On sent bien que l’auteur fait de son mieux mais même si le sujet est passionnant, il faut un doctorat en physique quantique, en mathématiques appliqués et en biologie pour comprendre vraiment les détails des discussions entre scientifiques. C’est le plus grand défaut du roman, d’autant qu’elles occupent quasiment 500 des 650 pages du livre. De fait, l’auteur réserve une portion congrue au voyage dans l’espace alors que le lecteur s’impatiente de l’expectative de la rencontre (ou pas, il faudra lire le livre pour le savoir) avec l’inconnu.

Mais plus qu’un roman c’est un essai, une réflexion sur le mystère (toujours pas résolu d’ailleurs) de l’apparition de la vie sur terre et au-delà. La mécanique de création de la vie est-il divin ou le fruit du hasard ? Éternelle question dont la réponse reste en suspens au-dessus de nos têtes. De toutes façons, comme dans chacun de ses livres, la réponse est toujours question de sensibilité et de convictions profondes. L’auteur déroule ses arguments mais chacun y puisera ce qu’il veut bien y trouver. C’est ce qui fait le charme de l’auteur de « L’ultime secret du Christ » et de « La formule de Dieu » : ses thématiques ne s’estompent pas après la lecture du bouquin mais nous hantent, nous poussant à nous questionner.

Néanmoins, ce roman est hypnotique et la fascination dégagée par les thèses et les faits émis possède un caractère magnétique. Même si les néophytes (je m’inclus dedans) n’en comprendront pas tous les détails et les exigences, cela reste suffisamment passionnant pour avoir envie d’aller aux confins de l’intrigue tout comme l’équipage ira aux confins de sa destinée.

david_picto_3

4ème DE COUV’

Les immenses radiotélescopes de l’institut SETI en Californie viennent de capter un signal inhabituel venu de l’espace sur la fréquence 1,42 GHz. Un signe de vie. La NASA, l’Agence spatiale européenne et la CNSA en Chine, préparent une mission internationale pour découvrir qui émet ce signal. En tant que cryptanalyste reconnu dans le monde entier, Tomás Norhona est recruté pour faire partie de l’équipe des astronautes qui seront à bord de la navette Atlantis. Loin de s’imaginer ce qu’ont déjà découvert les scientifiques sur ma vie extra-terrestre, il plonge alors au cœur du plus grand mystère de l’univers. Le mystère de la vie.

About Smadj (1079 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

5 Comments on « Signe de vie » de José Rodrigues Dos Santos – La chronique en mode hyper-espace !

  1. Sylviane Renaud Schultz // 23 septembre 2018 à 13 h 44 min // Réponse

    j adore tres beau réci !!!!

    Aimé par 1 personne

  2. La capacité de vulgarisation est essentielle dans ce genre de roman qui veut toucher un large public….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects"

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

%d blogueurs aiment cette page :