News on fire

« Everest » de Baltasar Kormákur – La chronique qui n’atteint pas des sommets !

everest

Everest – Baltasar Kormakur

Ah l’air pur et vivifiant des hauteurs. Quel délice de venir s’y rafraîchir. Quel bonheur de crapahuter à 8000 mètres d’altitude pour se dégourdir les jambes, de parcourir les chemins enneigés, d’escalader des pics rocheux, de se transcender et de toucher du doigt ce que le commun des mortels ne verra jamais.
everest

Le Mont Everest

Bon ok, si la montagne ça vous gagne, parfois ça vous perd aussi…

« Everest » raconte l’histoire (vraie) d’une expédition touristique censée mener une dizaine de personnes au sommet du mont Everest mais qui se terminera de façon tragique pour nombre d’entre eux.

Certains partent à la plage bronzer tranquille mais au milieu des années 90, il était à la mode pour une certaine clientèle aisée de rechercher la performance et les sensations inédites. Autant dire que le succès aidant, les accidents se multiplièrent et que le Nepal dut prendre des mesures drastiques pour enrayer le phénomène « amateurs » et réguler les ascensions, dixit le film.

everest

Everest

Au sommet rien de nouveau…

Baltasar Kormákur, le réalisateur a fait le choix du réalisme dans sa manière d’appréhender cette histoire. Peu d’effets, des images brutes, pas de musique grandiloquentes ni de ralentis intempestifs.

On ne pourra pas lui reprocher d’avoir fait du sensationnalisme. Le scénario étant tiré du livre écrit par l’un des survivants, nul doute qu’il a tenu à être le plus respectueux possible vis-à-vis de chacun des protagonistes.

C’est un choix scénaristique qui se défend mais dès lors, le parti-pris rend chacun des personnages lisse et sans rugosité.  Au vu des acteurs engagés, c’est dommage. Aucun acteur n’émerge vraiment, chacun jouant sa partition parfaitement mais sans génie, sans incarnation. Avoir Josh Brolin et Jake Gyllenhaal dans son film et ne pas en profiter pour jouer la carte de la performance, c’est du gâchis.

everest

Everest

Ce choix de caractérisation se fait au détriment d’un certain suspense et d’une tension qui, de ce fait, ne prend jamais. Les personnages sont fades et les scènes sont longues et répétitives. On passe de campement en campement, d’étapes en étapes pendant quasiment 1h30 sur les 2h de métrage.

On aurait aimé ressentir la sueur, l’effort, l’homme luttant contre les éléments. Le film donne l’impression qu’il est presque facile d’arriver au sommet alors que la fatigue, le froid et le manque d’oxygène se font cruellement sentir. Le côté « survival » est (très) atténué.

everest

Everest

De la même manière, les morts sont anti-spectaculaires et dénuées d’émotions. On se sent à chaque fois peu concerné, distant de la situation pourtant critique et qui s’aggrave d’heure en heure. C’est très surprenant.

Du coup, le choix de la 3D est très étonnant. D’autant que la 3D à souvent le travers d’éloigner le spectateur des corps des acteurs, d’ajouter de la distance aux lieux et aux personnages, elle favorise rarement l’immersion (sauf si parfaitement maîtrisé). La 3D n’est pas toujours l’amie de l’empathie.

Il y avait vraiment de quoi faire pourtant, les images sont belles, les paysages impressionnants. Tant de magnificence et de beauté auraient pu créer une avalanche émotionnelle, mais au mieux, c’est juste quelques flocons qui viennent se poser sur votre visage. Il manque un parti-pris, une opinion. On aurait été heureux que le réalisateur questionne le business model de ces agences qui pour le fric faisait monter des touristes inexpérimentés au mépris du danger et du respect de la nature. Et à la fin, on le sait, c’est toujours la nature qui a le dernier mot.

david_picto_2.5

About Smadj (934 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

9 Comments on « Everest » de Baltasar Kormákur – La chronique qui n’atteint pas des sommets !

  1. Je te rejoins pour le choix du 3D !! Franchement, aucune utilité ! Juste de nous faire payer des lunettes que l’on doit rendre à la fin du film (ça c’est pour les cinés de Chalon sur Saône qui sont pourris et avec qui je me suis prise la tête sur ce sujet lol).
    Après les acteurs, comme tu dis, jouent le rôle de la personne qui a existé et sans plus. Mais j’ai bien retrouvé ce que je savais sur cette expédition et sur ce qu’est l’ascension de l’Everest. Regardes La mort suspendue, tu verras un autre côté de ces montagnes qui fascinent et qui font peur.

    Aimé par 1 personne

  2. il me semblait aussi que j’avais fait le bon choix en décidant de ne pas aller le voir. J’attendrai son passage à la TV. Et je lirai le livre dont il est tiré, si mon collègue se décide à le terminer ! En attendant, je me replonge dans l’excellent « Jusqu’à ce que la mort nous unisse » de la surprenante Karine Giebel. Il y est question aussi de montagne. Bon… en Savoie mais quand même !

    Aimé par 1 personne

  3. C’est une chronique assez franche et directe.
    C’est ça écrire, c’est de bien dire les choses qu’on aime ou on n’aime pas.
    Merci de ton avis, si jamais je vais au cinéma, il ne sera pas dans mes choix.
    Il me fait rappeler un film qu’avait fait Chris O’Donnell… ça se ressemble, je trouve.
    Bien à toi, isabelle, xxx

    J'aime

4 Trackbacks / Pingbacks

  1. Box-Office France du 06/10/15 : « Everest  chevauche « Marguerite  pour la deuxième semaine consécutive. Ça va jaser ! | Cest Contagieux! «
  2. Box-office US du 11/10/15 : Peter prend un gros « Pan  sur la tête ! | Cest Contagieux! «
  3. Box-Office France du 13/10/15 : « Le Labyrinthe  aux 1 000 000 d’entrées ! | Cest Contagieux! «
  4. Box-Office US du 18/10/15 : Ridley Scott, Steven Spielberg et Del Toro ont « La Chair de Poule  (Goosebumps en VO) ! | Cest Contagieux! «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, ateliers d'écriture, quelques écrits .

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

notes bleues pour nuits noires

Blog littéraire et bien plus avec affinités, cinéma, théâtre et autres sorties culturelles

%d blogueurs aiment cette page :