News on fire

« Avant les diamants » de Dominique Maisons – La chronique plaquée or !

Silence. Moteur. Ça tourne. Action !

Si Hollywood m’était conté, n’aurais-je comme images dans mes yeux émerveillés que les spots flashy des projecteurs, les décors clinquants, les costumes rutilants, les caméras qui subliment les corps et les visages, une vision plus grande et plus belle de l’humanité ?

Ou bien apercevrais-je par flashes fugaces les dommages collatéraux de cette usine à rêves qui broie les espoirs et brûle les ailes de ceux qui cherchent à l’approcher de trop près ? Ce que nous admirons est-il toujours à la hauteur de nos aspirations ? Sous les strass et les paillettes, ne reste-t-il au final que la crasse et la saleté de l’âme humaine ?

Aaah Nostalgie quand tu nous tiens…

Hollywood et les fifties, tout un programme ! Et quand c’est raconté avec le talent de Dominique Maisons, le dépaysement est garanti. En ces temps de confinement, optez pour les ouvrages Maisons, les voyages qui font perdre la raison.

Après son sublime « On se souvient du nom des assassins 🔪  » et son épatant « Tout le monde aime 😍 Bruce Willis », Dominique Maisons nous embarque dans les turpitudes Hollywoodiennes des Années 50. Hello Errol Flynn, hello Clark Gable, hello Hedy Lamarr et j’en passe. Oui, vous allez en rencontrer du beau monde (faudra se saper un peu les amis !) car Maisons ancre son récit dans l’Histoire avec un grand H et y mélange allègrement personnes existantes et personnages de fictions dans un roman choral dont le panthéon oscille entre sales gueules, gueules d’anges et figures légendaires du grand écran.

Si à ça vous ajoutez les gangsters de la mafia (là aussi sont intégrées les figures connues du grand banditisme de l’époque), les services secrets de l’armée américaine, les ligues de vertus catholiques, le FBI et les aspirant.e.s acteur.trice.s prêt.e.s à tout pour « réussir », ça en fait un paquet de monde qui se côtoie, s’aime, s’étreint, se hait, se trahit et se déchire. Oui, oui, ça se bouscule dans ces pages remplies à la gorge de anti-héros magnifiques.

Si ces personnages sont tous très attachants ils ne sont pas pour autant tous très recommandables. Une seule finalité : le grisbi, le pognon, la thune. Et le pouvoir, la possession, le cul… Sexe et fric what else ? comme dirait tout addict de café-capsules qui se respecte.

Dominique Maisons convoque Ellroy, Tarantino et Winslow le temps d’une sarabande endiablée et mortelle. Un baiser vénéneux sera délivrée aux aventureux qui s’amouracheraient avec candeur de ce casting extraordinaire. Vous qui entrez ici…

Les femmes mènent la danse !

Dominique Maisons sculpte les âmes féminines comme un jardinier taille ses roses. Avec précision, amour et délicatesse. Mais attention, les plus belles des roses regorgent d’épines.

La plus grande réussite du bouquin, outre le voyage temporel, est le soin apporté à l’écriture et la conception des personnages. Souvent complexes, parfois déstabilisants mais jamais creux, c’est bien leur sort qui va vous tenir en haleine au fil des pages. Apprêtez-vous à trembler avec eux/elles car le monde d’alors est loin d’être d’une douceur absolue.

Avant les diamants, il y a les romans de Dominique Maisons qui brillent et scintillent de mille feux. Avant les diamants, il y a le style unique d’un auteur, une écriture douce, élégante et engageante. 

C’est un extraordinaire moment que vous vous apprêtez à passer avec ce roman noir comme le charbon truffé d’éclats de purs kiffs. La littérature a ses diamants : les romans de Maisons.

FIN

4ème de Couv’ :

Hollywood, 1953. L’industrie cinématographique est un gâteau fourré à l’arsenic que se disputent la mafia, l’armée et les ligues de vertu catholiques. Dans ce marécage moral et politique, ne survivent que les âmes prêtes à tout. Le producteur raté Larkin Moffat est de ceux-là. Abonné aux tournages de séries B, il fait vivoter les crève-la-faim du cinéma et enrage contre ce système qui l’exclue. Jusqu’au jour où il se voit proposer la chance de sa vie. Dans cette combine dangereuse vont graviter autour de lui le major Buckman, parieur et coureur invétéré, le très ambivalent père Santino Starace, l’impresario et proxénète Johnny Stompanato. Tous vont croiser leurs destins, multiplier les manœuvres et les crimes dans ce grand cirque du cinéma américain. Alors que défilent les Errol Flynn, Clark Gable, Hedy Lamarr et autres Frank Sinatra, ce petit monde sans scrupule va s’adonner à ce qu’il sait faire de mieux : manipuler les masses et veiller à son profit.

About Smadj (1110 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

4 Comments on « Avant les diamants » de Dominique Maisons – La chronique plaquée or !

  1. Quelle sacrée chronique pour cet excellent roman !
    Tes mots et ta verve me manquent, tu deviens trop rare, faudrait faire quelque chose 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Aude Bouquine

Blog littéraire, chroniques, sorties, bilans lecture : passionnée de polars, thrillers et romans noirs mais pas seulement !

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, poésie, théâtre, polar, mauvais genre

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Ju lit les mots

Polars, thrillers, mais pas que...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

juneandcie.wordpress.com/

Eventually everything connects

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

%d blogueurs aiment cette page :