News on fire

« Les Géants » de Benoît Minville – La chronique lilliputienne !

les_geants_minville

Les Géants – Benoît Minville

Viens plonger ta face dans un océan de fraîcheur, ressentir les embruns sur ta peau brûlante, le cagnard t’essorer l’eau du corps par tous les pores – pense à t’hydrater mon ami(e) – L’écume qui habille la mer de son nuage cotonneux vient se briser à tes pieds. Et là, tu la vois la vague de lecture ; celle qui va t’emporter vers l’horizon à toute berzingue et te coller sur un flot de bonheur ! It’s surfin’ time baby !

On ressort trempé(e) de la lecture d’un roman de Benoît Minville. De plaisir, de sueur, d’excitation. Un vrai voyage. Dès la superbe couverture, promesse de dépaysement azuréen et sablonneux.
Ça démarre par une liste de songs excitantes et virevoltantes. Pour peu que tu sois féru de Rock, la playlist que te conseille l’auteur est à tomber par terre. Au hasard : des Beatles aux Beach Boys en passant par les Deftones puis ça dérive sur Hugues Aufray, Renaud, Noir Désir pour finir sur du Pantera et du Machine Head… Ça c’est fait amigo. Définitivement rallié à la cause.

Chose rare, Benoît Minville a un univers qui n’appartient qu’à lui. Une écriture rock’n’roll qui claque au vent et te clashe chapitre après chapitre.
Dans son monde, les mecs sont des durs, des machos, des tatoués pas très causant, des têtes brûlées aux grands principes, souvent plus larges que leurs épaules ; les femmes sont l’oasis qui apaise les hommes, un pays de lait et de miel, les rares rayons de sagesse dans un monde de brutes. Elles sont aussi des tigresses qui ne s’en laissent pas compter. Il est dur de ne pas tomber amoureux de ses personnages. Louder than life.
Marius, César, Estéban (Et les merveilleuses cités d’Or ?), Auguste, Henriko, Bartolo, Alma, Enora, Samia. 9 personnages, 9 cartouches dans le barillet de l’auteur et Bang Bang tu les prends direct dans le coeur. Et tu les emportes avec toi, cachés tout au fond.

L’instant Références : « Les Géants » c’est du Pagnol sous amphétamines, du Sam Peckinpah gaulois, du Melville survitaminé. Le grand frisson. Du polar gonflé aux hormones.

Et surtout Minville a une écriture électrique qui t’alpague dès la première page, qui va te raconter la vie et ne pas te faire d’histoires. En vrac : Les potes, à la vie à la mort ; les amours, démesurés et bouillonnants de passion ; puis le trip, les vagues, le grand ride…

Chaque roman de Minville est une ode à la jeunesse, aux rêves enfouis au creux d’une vague mais qui réapparaissent à marée basse.
Les remous et le poids du corps passé qui te reviennent toujours à la gueule.

Lire Benoît Minville, c’est se retrouver confronté au détour d’une page à une de ses phrases évaporées, lumineuses, simplement belles :

« Voilà ce que Bartolo attendait à chaque fois qu’Esteban le prenait avec lui : ce moment où son grand frère devenait la goutte de sirop capable de colorer l’océan. »

Le final monte crescendo et fracasse le mur du son en un Mach3 impitoyable qui provoque des vibrations tout le long de ton corps, des battements de tambours tribaux qui ne cherchent qu’à te faire perdre haleine…

4

4/5

4eme DE COUV’

Les Géants, ce sont eux : Marius, le fils, surfeur, son besoin d’ailleurs. Auguste, le père, marin pêcheur, cramponné à la vie qu’il s’acharne à offrir à ses enfants. La sœur, Alma, qui veut exister dans cette famille patriarcale… et qui cache à tous son idylle avec Estéban, ami d’enfance de Marius ; sa famille à lui s’accroche dans un mobil-home à l’année. Et d’un père à l’autre, d’un fils à l’autre, les deux clans se serrent les coudes.
Tous là, unis dans cette région brute, irréductibles. Soudain, la vague arrive. César, le grand-père de Marius, revient d’entre les morts ; et avec lui, de lourds secrets couvés comme un trésor de guerre…

About Smadj (959 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

19 Comments on « Les Géants » de Benoît Minville – La chronique lilliputienne !

  1. Oh oh oh je note de suite 😀 Tout ce que j’aime hihi

    Aimé par 1 personne

  2. Ton texte donne grave envie de lire le roman. Je vais peut-être l’acheter, je te dirai ce que j’en pense 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Il est dans la biblio de ma fille depuis plus d’un an !!! Et ni elle ni moi ne l’avons lu encore !! T’y crois toi ??? Bon je vais lui piquer puisque je lui avais offert :p bisous

    Aimé par 1 personne

  4. Bon et bien c’est décidé, je le veux!!!!!J’ai beaucoup aimé son roman mais je suis curieuse de ce petit Géant en Jeunesse! 😉 En tous cas, je partage tes points de vues sur son écriture, donc je me dis, que ce sera un incontournable de cette année!!!;)

    Aimé par 1 personne

  5. Sachant que c’est édité chez Sarbacane, c’est plutôt jeunesse ou rien à voir ?

    Aimé par 1 personne

  6. Houlala tu y vas fort et bon sang que j’aime ça ! Moi aussi j’aime tes envolées 🙂

    Aimé par 1 personne

1 Trackback / Pingback

  1. Saint-Maur en Poche 2017 – Compte-rendu du samedi 24/06/17 : De l’amour, juste de l’amour, mais beaucoup d’amour ! – Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

%d blogueurs aiment cette page :