News on fire

L’interview TRÈS CONTAGIEUSE de Nicolas Zeimet ! (Part 1/2)

nicolas_zeimet

Nicolas Zeimet – Copyright http://www.cestcontagieux.com

(la particularité de cette interview est qu’elle a été réalisée en direct. Elle est donc en format conversation et a été très peu ripolinée. C’est donc du ZEIMET brut que je vous livre mes Contaminés – Interview réalisée au Zango – 1 rue des Cygnes Paris 1er)

Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Nicolas Zeimet (prononcez Zeimé), 37 ans, j’écris depuis tout gosse quand j’ai découvert Stephen King. J’ai lu « Simetierre » à 10/11 ans. J’étais très malade, avec une angine carabinée et une amie de ma mère m’a offert ce livre. Je ne suis pas sûr que ma mère se soit rendu compte du sujet du livre. J’ai lu le bouquin en deux jours malgré la fièvre. Cela m’a complètement happé et je me suis dit « Je veux faire ça ! ». Je veux faire peur, créer des personnages, marquer les gens avec mes histoires et capter l’attention des lecteurs comme il a capté la mienne.

Peux-tu nous parler de ton 1er roman « Déconnexion Immédiate » qui semble introuvable ? Va-t-il être réédité ?

Il est trouvable sur le site de « monpetitéditeur », disponible uniquement sur commande. J’ai commencé ce livre en 2007. Le pitch : Un mec se réveille à Paris une nuit. Les rues et les habitants sont inanimés, la nuit est caniculaire. La vie s’est arrêtée et il va essayer de découvrir pourquoi. Une ambiance à la Walking Dead avant que la série n’existe, un petit groupe va se créer et il va lutter toute la nuit contre…. Il faudra lire le livre pour le savoir. C’est très rythmé et saccadé.

deconnexion_immédiate

Deconnexion Immédiate – Nicolas Zeimet

Comment t’es venue l’idée de « Seuls les Vautours » ? (pour lire la chronique c’est ici !)

Après un voyage en Utah, pendant un road-trip dans l’ouest américain. J’y ai visité des parcs nationaux et des petits villages nichés au creux des montagnes où il n’y avait rien d’autre à des lieues à la ronde, tous isolés les uns des autres et possédant de petites communautés. Je me suis demandé ce qui pouvait s’y passer et comment y vivaient les gens. La vraie idée m’est venue le lendemain en repartant d’un petit village nommé Boulder qui m’a inspiré Duncan’s Creek. Sur le bord de la route il y avait un panneau qui indiquait un endroit dans la montagne qui s’appelait « Devil’s Hole » – le trou du diable -, et c’est ce nom qui a inspiré la gorge du diable qui devait être le titre initial du livre. Mais mon éditeur l’a modifié en « Seuls les Vautours » et je l’en remercie car le titre est extrêmement bon. Je me suis demandé ce qui pouvait bien se passer dans le trou. La toute première idée fut d’imaginer des gens qui vont y crier, déverser et libérer leur rage et leur colère. Toute cette énergie négative va créer une espèce d’entité qui va faire qu’il y a des événements dramatiques qui vont se produire dans le village.

seuls_les_vautours

Seuls les Vautours – Nicolas Zeimet

Que signifie le titre, « Seuls les Vautours » ?

Ca rappelle l’idée de solitude – un milieu désertique aride –. Ca évoque aussi l’idée de vivre dans un petit patelin : tous ces gens qui vivent ensemble, qui s’épient les uns les autres, qui connaissent des secrets et se cachent des choses.

J’ai lu que tu allais en faire une suite ? Dans quelle direction ?

L’idée m’est venue il y a un an et demi, avant la rédaction de « Comme une ombre dans la ville ». Ce ne sera pas une suite, on ne retrouvera que quelques uns des personnages. Le roman initial se situant dans les années 80, je voulais projeter ce que certains d’entre eux sont devenus. Comme mes lecteurs, j’ai eu trop de douleur, un déchirement et du mal à quitter certains personnages. Ça va être un livre émouvant pour plein de raisons. J’ai l’impression de retrouver des copains.

Attardons-nous maintenant sur « Comme une Ombre dans la Ville » : d’où est venue l’idée des 3 parties ? (pour lire la chronique, c’est ici !)

Ca a été le point de départ. J’avais envie d’écrire l’histoire de 3 personnages différents qui seraient tous les 3 narrateurs d’une partie différente. L’idée du super-pouvoir m’est venue un matin en me réveillant. J’ai tellement adoré ce moment que je me suis dit que j’aimerais bien figer le temps. Je me suis dit que c’était un pouvoir peu vu. J’en ai affublé mon personnage.

nicolas-zeimet-comme-une-ombre-dans-la-ville

Comme une Ombre dans la Ville – Nicolas Zeimet

Savais-tu dès le début que ton roman allait se terminer ainsi ?

Pas au tout début mais quand j’ai commencé à rédiger la trame, je savais où j’allais. Je vais d’un point A à un point B mais sans connaitre le chemin. Entre les deux je me fais plaisir.

Tu as déclaré ne pas être fan de comics. Du coup pourquoi autant de références ? Pourquoi un dessinateur de comics ? Pourquoi un super-héro ? Pourquoi autant de questions (rires) ?

Je ne fais pas que des références aux comics dans ce livre. En fait, je suis un geek, je dois l’avouer, et les comics font partie de la geek attitude. Je suis fan des années 80 et de son imagerie : les films, les séries TV, la musique. C’est dans ma culture, mon inconscient. J’ai grandi avec.

Était-ce un challenge que tu t’étais fixé, d’écrire de 3 manières différentes ?

Je savais que chacun des 3 personnages allait s’exprimer différemment. Je ne voulais pas que ce soit trop marqué. Pour la partie Kyle, au début je m’étais dit « ça va être un mec qui va pas bien s’exprimer, aucune négation, limite un bouseux » mais ça ne m’a pas convaincu. Un serial killer n’est pas forcément un bouseux. Je suis allé sur des phrases beaucoup plus courtes, j’ai joué sur le rythme. C’était un challenge. Surtout pour Kate. Je m’y étais déjà essayé avec le personnage de Betty, l’institutrice de « Seuls les Vautours ». J’aime me glisser dans la peau des personnages féminins. Ca me plaît beaucoup. Ca n’a pas été si dur de se glisser dans les escarpins de Kate car j’ai une culture hyper éclectique. Je peux aussi bien être fan de trucs de bonhomme comme « Terminator » et me mâter les 6 saisons de « Sex and the City ». D’où la référence à Mister Big dans « Comme une Ombre… ». C’était un plaisir et un rôle de composition. Avec celui-ci, j’ai beaucoup parlé de moi dans le personnage de Jérôme, comme dans « Seuls les Vautours » d’ailleurs. Mais pour le prochain j’arrête. Je vais être dans la pure création.

N’as-tu pas eu peur de perdre tes fans de « Seuls les vautours ?

J’ai eu très peur mais pas en l’écrivant ni en le présentant à mon éditeur. Lui m’a fait un peu peur (rires). Je sortais de mon style de « Seuls Les Vautours » et ça l’a peut-être un peu déstabilisé. Mais ouf, les premières critiques ont été bonnes et ca m’a rassuré.

Pourquoi remercier les blogueurs à la fin de ton livre ?

J’ai vraiment l’impression que l’aventure a démarré grâce aux blogueurs. L’engouement et le bouche à oreille m’ont estomaqué, ravi et surpris. C’était un juste retour des choses de faire un clin d’œil à tous ces gens qui m’ont soutenu, découvert et porté toute l’année dernière alors que je n’étais personne.

Page de dédicaces - Comme une Ombre dans la Ville

Page de dédicaces – Comme une Ombre dans la Ville

Es-tu soutenu par la presse écrite ?

J’ai eu un article dans la Voix du Nord sur « Seuls les Vautours » mais c’est à peu près tout. A mon grand désarroi. J’espère que l’engouement des blogueurs sera un tremplin pour la suite. Je me dis que de paraître sur 10/18 va me permettre plus de visibilité et aussi attirer l’attention de certains journalistes. Toucan est une maison d’édition indépendante, de talent. Je leur fais vraiment confiance. Quand on voit les auteurs publiés chez eux, il y a du lourd. C’est inspirant.

A suivre… (pour lire la suite de l’interview, cliquez ici !)

About Smadj (943 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

22 Comments on L’interview TRÈS CONTAGIEUSE de Nicolas Zeimet ! (Part 1/2)

  1. Très belle interview

    Aimé par 1 personne

  2. C’est sympa ces interview conversation en direct…
    C’est très vivant du coup.
    Et en attends la suite.
    Et oui c’est très sympa de voir son nom dans les remerciements.
    A mon tour de remercier l’auteur 😉
    Et toi aussi bien sur David 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Première partie d’interview sympa et passionnante.
    J’ai lu « seul les vautours » et « comme un ombre dans la ville » , j’ai adoré ,et je lui souhaite réellement tout le succès qu’il mérite.

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis jalouse ! … Pas trop quand même, parce que je veux la suite, alors je ne vais pas bouder… merci de nous faire partager cette rencontre😇

    Aimé par 2 people

  5. Sympa tes débuts d’interviewer ;-). Bon j’ai failli taper sur les doigts de l’auteur parce qu’il en dit presque trop sur son nouveau roman 😉

    Aimé par 2 people

  6. Bon, mon cher David, tu parles de « déflorer » dans ton comm avec Yvan… J’estime que l’auteur a tout de même mis un doigt dans ce qu’il ne fallait pas et j’ai eu peur qu’il ne dépucèle l’affaire. Moi, j’ai vu le loup, mais tout le monde n’a pas encore lu son second opus (qui n’est pas vraiment le deuxième)… Et que ceux qui n’ont pas encore ouvert un roman de ce monsieur le fasse de suite, sinon, je sors mon fouet et je frappe !

    Seuls les vautours avait été un énoooorme coup de ❤ !!

    Autre chose… Heureusement que je vous surveille parce que écrire "Je me suis demandé ce qui pouvait bien se passer dans le trou" et penser que je ne vais pas réagir, c'est jeter de l'huile sur le feu en pensant que ça va l'éteindre ! PTDR ! On ne dira à personne ce qu'il se passe dans le trou, mais bon, si quelqu'un veut fixer une caméra au bout de son…

    Je sors de suite, mon David parce que comme tu peux le constater, la chaleur ne m'a pas calmé ! 😀

    Gros kiss et merci à l'auteur pour ces moments. Oups !

    Aimé par 1 personne

  7. faut que je lise « seuls les vautours »
    faut que je lise « seuls les vautours »
    faut que je lise « seuls les vautours »
    faut que je lise « seuls les vautours »
    c’était le mantra du jour!

    Aimé par 1 personne

  8. J’aime beaucoup cet article

    Aimé par 1 personne

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. L’interview TRÈS CONTAGIEUSE de Nicolas Zeimet ! (Part 2/2) | Cest Contagieux!
  2. Pour fêter ses 6 mois, C’est Contagieux organise un grand concours pour ses Contaminé(e)s ! | Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

notes bleues pour nuits noires

Blog littéraire et bien plus avec affinités, cinéma, théâtre et autres sorties culturelles

%d blogueurs aiment cette page :