News on fire

« L’Unité Alphabet » de Jussi Adler Olsen – La chronique qui ne sort jamais sans son abécédaire !

l_unite_alphabet_jussi_adler_olsen

 

Non, l’unité alphabet n’est pas un conglomérat de profs de français, adeptes forcenés du Petit Robert, qui flagelle sauvagement les élèves récalcitrants à leur enseignement. Ce n’est pas non plus le collectif à l’origine de l’écriture inclusive qui terrorise les rigoristes de la langue.

L’Unité alphabet était l’unité de soin d’un hôpital psychiatrique militaire allemand (on admirera l’ironie du mot « soin » au vu des sévices infligés pour guérir les patients) qui traitait les soldats nazis blessés au combat et souffrant de troubles psychologique plus ou moins graves et plus ou moins avérés.

Leur but était de guérir ces soldats et de les renvoyer le plus vite possible au front et de déceler les simulateurs, aussitôt exécutés une fois découverts. Brrrr…

Les méthodes et autres expérimentations ne prônaient évidemment pas les câlins et la douceur mais plutôt de douloureux et atroces traitements. On est chez les nazis quand même !

Bref typiquement le lieu où personne ne voudrait tomber…

Pas de chance ! C’est exactement là où vont se retrouver pris au piège deux soldats britanniques, suite au crash de leur avion en plein territoire ennemi. Pour survivre, ils vont devoir prendre l’identité de deux hauts gradés nazis considérés comme déficients mentaux suite à de graves blessures de guerre. Et là, ça va pas rigoler !

Voilà t’as le pitch de base. Le roman démarre en pleine seconde guerre mondiale dans sa première partie et se poursuit en 1972 durant les jeux olympiques de Munich dans sa seconde. Si c’est pas un joli programme ça !

Alors, pour se placer dans le contexte chronologique de l’auteur, « L’Unité Alphabet » est le premier roman de Jussi Adler Olsen publié au Danemark (nous informe l’éditeur), totalement indépendant des enquêtes du Département V. Albin Michel a puisé dans les réserves. Mais quelle réserve !

CE ROMAN EST UNE SOUFFRANCE… 

pour ses personnages que l’auteur n’épargne pas. Il est vrai que Jussi n’y va pas avec le dos de la cuillère. Les pauvres ! A circonstances exceptionnelles, traitement exceptionnel, Olsen s’emploie à leur faire vivre des situations à faire dresser les cheveux sur la tête d’un chauve !

Même si l’histoire met un peu de temps à s’installer, c’est une véritable plongée dans l’horreur humaine qui vous y attend.

Pas de manière graphique mais insidieuse, psychologique et entêtante. L’auteur décrit de manière clinique les pathologies et les traitements infligés aux patients, le tout baignant dans une atmosphère étouffante.

Ce roman est lent, méticuleux, pas avare de détails. C’est au scalpel que Jussi Adler Olsen découpe minutieusement et par fines tranches son intrigue.

La première partie est atrocement géniale, douloureusement et délicieusement cruelle, un jeu d’échecs psychologique entre les protagonistes, un « survival » en milieu psychiatrique nazi. Dans la note de l’auteur en fin de roman, on apprend que Jussi Adler a passé sa jeunesse dans les couloirs de l’hôpital psy où travaillait son père en tant que psychiatre. De là est née sa fascination pour l’étude de l’aliénation et ce sont ses questionnements qui nourrissent ce livre.

La seconde partie, moins resserrée et confinée dans l’espace, est plus rythmée. Elle propose une enquête à multiple rebonds qui apportera son lot de réponses et de frissons trhilleresques.

On n’y retrouve certes pas l’humour acerbe voire désabusé d’un Département V mais pour un premier roman, force est de constater la solidité du storytelling d’un des maîtres du polar scandinave !

Mais « L’Unité Alphabet » est surtout l’histoire d’une extraordinaire amitié, certes imparfaite, avec ses petits travers, mais aussi avec ses envolées du cœur, terriblement humaine en fait, troublée par les ravages du temps qui passe et la douleur des renoncements.

Les dernières lignes du roman sont superbes, éthérées, fragiles. Pas sûr qu’elles cautériseront les plaies mais elles clôturent le livre avec délicatesse.

NDA : !!! Ne lisez surtout pas la quatrième de couverture qui vous révèle quasiment la moitié du roman !!!

4

4/5

About Smadj (1083 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

21 Comments on « L’Unité Alphabet » de Jussi Adler Olsen – La chronique qui ne sort jamais sans son abécédaire !

  1. Me voilà bien moins enthousiaste que toi. j’ai trouvé ça long et assez mal écrit…

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour mon David !!!! que ce passe t il?tu crois que c est mal écrit non mon David c est tlolares bien écris je ne dit pas ça pour faire plaisir je le pense et sincere !!! on dirait ma fille !!!! bisous mon David

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cette belle chronique qui reflète tout à fait l’esprit du livre. Oui le début est laborieux mais il le faut pour bien installer ces 2 personnages ! Pour ma part je trouve que ça installait déjà le style très recherché de JUSSI.
    Bisous

    Aimé par 2 personnes

  4. Bon, alors moi qui suis sceptique quant à la sortie tardive des livres … Avec Adler Olsen, je dois t’avouer que j’ai hésité en me disant : bon,, il va bien y avoir un pote qui va chroniquer et après je me décide. Ton avis ne me laisse aucun doute, et la discussion avec Yvan me replonge dans un scepticisme béat. Il y a tant de bons livres qui sortent ! Alors, je sais pas, je vais attendre le billet d’Yvan et je verrai. A bientôt

    Aimé par 1 personne

    • Comme je te comprends mon Pierre. D’autant que notre échange avec Yvan doit te perturber.
      Écoute je trouve que pour un premier roman il est fort maîtrisé. Je pense qu’Albin avait choisi à la base la sécurité en publiant une série à succès comme département V délaissant les premiers romans pas parce qu’ils sont moins bons mais parce que c’était plus risqué avec un auteur inconnu et un sujet difficile.

      Aimé par 1 personne

  5. Bon les mecs, on va se mettre tous d’accord en chantant, tous en coeur, la fabuleuse chanson de Chantal Goya ♫ A B C D E F G H ♪

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects"

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

%d blogueurs aiment cette page :