News on fire

« La Forme de l’eau » de Guillermo Del Toro – La chronique aquaphile ! COUP DE CŒUR !

La_forme_de_l_eau_guillermo_del_toro

La Forme de l’Eau – Guillermo Del Toro

Le Pitch : Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

picto_super_contagieux

SUPER CONTAGIEUX !

C’est une petite bombe émotionnelle que nous a concocté Guillermo Del Toro, un élixir de jouvence qui vient polir les cœurs de son baume enthousiasmant.

Il est rare de sortir d’un film avec autant d’émotions qui viennent frapper à la porte de notre petit cœur. Del Toro est un magicien de l’image et des sentiments. Son film est une longue balade lyrique faite de grâce et d’enchantement, une petite merveille, un bijou à l’écrin délicat.

Pour « La forme de l’eau », le réalisateur nous embarque dans les sixties, au beau milieu de la guerre froide et de l’affrontement par médias et technologies interposés que se livrent les américains et les soviétiques. Au centre de tout cela se trouve une femme de ménage muette, Elisa, qui va vivre la plus extraordinaire des histoires, un amour interdit d’une pureté absolue avec une créature amphibienne énigmatique.

La_Forme_de_l_eau03

Cette créature qui fait penser à un mix de « l’Etrange Créature du Lagon Noir » de Jack Arnold et de Abe Sapien dans « Hellboy » (NDC : qui est aussi un film de Guillermo Del Toro !) est visuellement et plastiquement très réussie. Pas d’images de synthèse comme nous en abreuvent trop les blockbusters mais un costume, du maquillage et du latex. Le résultat est à couper le souffle. Doug Jones qui revêt le costume donne une carnation et une âme à la créature la rendant crédible dès sa première apparition.

Dès lors, on se laisse emporter par cette histoire au romantisme enivrant, une rom-com atypique aux parfums de feel-good movie.

Chaque plan ressemble à une peinture aux couleurs saturées, à la chromie étincelante ; chaque scène semble ciselée par un orfèvre du cinéma, minutieux et compétent.

Il y a toujours de la poésie dans le cinéma de Guillermo. Simple et touchante. Appuyée par la musique aérienne d’Alexandre Desplat qui t’emporte dans son tourbillon évanescent tandis que les standards musicaux d’époque te plongent dans une euphorie contemplative.

la_forme_de_l_eau_sally_hawkins

Sally Hawkins

L’actrice principale Sally Hawkins est prodigieuse, jamais un visage n’a paru autant empreint de bonté, de béatitude et de luminosité. Del Toro vient peindre dessus par petites touches une palette d’émotions de son pinceau de surdoué : de la douceur, de la tendresse et de la sensualité, juste en lui faisant plisser une lèvre.

Michael Shannon, sa Némésis, n’est jamais aussi bon et effrayant que lorsqu’il joue un salopard. Et il s’en donne à cœur joie. De manière générale, les seconds rôles (Richard Jenkins et Octavia Spencer en tête) magnifient l’histoire tant la direction d’acteurs est juste.

La_Forme_de_l_eau_hawkins_spencer

Sally Hawkins – Octavia Spencer

Le réalisateur ose tout, se lâche complètement en mélangeant allègrement les styles allant même jusqu’à nous proposer un numéro de claquettes old school. Il prend un tel plaisir que c’en est communicatif. Del Toro explose les codes du fantastique pour nous délivrer une simple mais merveilleuse love story.

Guillermo Del Toro est une sorte de fée clochette qui projette des paillettes, redonnant à tes yeux un lustre enfantin, un éclat qui scintille, des pupilles qui s’élargissent comme deux billes rondes et noires. « La Forme de l’eau » est un lâcher de papillons multicolores dans ton ventre. On assiste à une version adulte de « E.T. », du merveilleux naïf à l’état brut.

Doug Jones, Sally Hawkins

Doug Jones, Sally Hawkins

Il faut remonter à son « Labyrinthe de Pan » pour retrouver de telles sensations. A chaque film, le réalisateur innove (pas toujours avec succès – remember « Crimson Peak ») mais ne se répète jamais. Il sait user de différentes saveurs pour nous donner un plat épicé.

Comme me disait la mère de Forrest Gump : « Un film de Guillermo Del Toro, c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais ce qu’on va y trouver dedans ».

Alors si ! Madame Gump ! A minima on y trouvera du chocolat fourré au pur talent.

david_picto_4.5

Retrouvez cette chronique et 180 pages de bonheur culturel dans le magazine « La Fringale Culturelle » en cliquant là !

la_fringale_culturelle_07

La Fringale Culturelle

 

About Smadj (1053 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

10 Comments on « La Forme de l’eau » de Guillermo Del Toro – La chronique aquaphile ! COUP DE CŒUR !

  1. Pas vu encore, mon cher David !

    Aimé par 1 personne

  2. Heureusement que tu m’en parles, j’en avais pas entendu causer avant, hormis par une copinaute mais je ne savais pas de quoi ça causait !

    Aimé par 1 personne

  3. Après ce film, j’ai très envie de revoir ‘L’Etrange Créature du Lac Noir’ de J. Arnold.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

%d blogueurs aiment cette page :