News on fire

« Crimson Peak » de Guillermo del Toro – La chronique qui prend le Toro par les cornes !

crimson_peak

Crimson Peak – Guillermo del Toro

Quand un film est aussi magnifique, peut-on lui pardonner un scénario aussi plat et convenu ?

Plastiquement, visuellement, artistiquement, le film est une réussite. C’est du grand Guillermo Del Toro. Les décors sont somptueux, les costumes sont étincelants, l’image d’une beauté trouble et fatale. Les plans sont sublimes et gorgés de détails. On retrouve tout l’univers fantasmagorique du réalisateur, celui de Cronos et du Labyrinthe de Pan. On retrouve ses fantasmes et ses obsessions : des mécaniques complexes et précieuses, des insectes, des décors baroques, de l’onirisme…

Il faut dire que Guillermo s’en est donné à cœur joie. Un gamin avec des jouets diaboliques. Sa retranscription de l’époque est fabuleuse. Cette fin du XIXeme siècle est un régal pour les yeux. Les deux hémisphères du cerveau s’agitent et vos papilles salivent.

Guillermo, tel un peintre, met un coup de gouache magique et étincelant à chacun de ses plans.

Telles ces images où l’argile ocre, sur lequel sont bâties les fondations du manoir où se déroule une grande partie du film, se répand sur le manteau blanc d’une neige pure et immaculée ; ou bien celles où la neige passant par les toits du manoir délabrée en recouvre les pièces et le sol. Majestueux.

Métaphores, symbolisme, il faudrait voir le films à plusieurs reprises pour en saisir toute la richesse visuelle.

Les mirettes, grandes ouvertes, s’élargissent à chaque nouvelle scène. Des Etats-Unis, où démarre le film, en passant par la perfide Albion, où il se clôture, chaque lieu est une vision fantasmée d’une époque où les frontières entre la féerie et la science n’étaient pas encore délimitées. Il faut voir combien l’époque phosphorait de découvertes scientifiques et artistiques et c’est cette effervescence qui se diffuse dans nos âmes à la vision de ce bijou envoûtant.
C’est un conte gothique à l’ère de la révolution industrielle, mélangeant allègrement fantômes et machines, progrès et passé.

La musique contribue pour beaucoup à l’immersion cathartique éprouvée par le spectateur, désarmé devant tant de générosité.

Perclus de références, le métrage retranscrit à la perfection l’ambiance des romans d’Edgar Poe et les adaptations filmiques qu’en fit Roger Corman. Del Toro a aussi voulu rendre un vibrant hommage à la splendeur des films de Mario Bava. Pour la référence, l’héroïne se nomme Cushing, clin d’œil appuyé à l’un des comédiens les plus populaires des films d’épouvante de la Hammer (studios anglais spécialisés dans l’horreur qui connu son heure de gloire dans les sixties), Peter Cushing.


Alors peut-on crier au chef d’œuvre ? Non !

Car si le formalisme de l’image est d’une beauté vénéneuse, la platitude de l’histoire a vite fait de refroidir les ardeurs. Le scénario, en effet, manque cruellement d’ambition. Tout ce qui s’y passe est attendu et prévisible de bout en bout, que ce soit de la destinée des personnages ou de chacune de leurs actions et décisions.
Entre un sentiment de déjà-vu, une accumulation d’incohérences et de clichés, on se gratte la tête. Ce ne sont pas des pellicules qui tombent mais l’intérêt pour le sort des personnages.

À part une Jessica Chastain impeccable et délicieusement inquiétante, le reste du casting oscille entre fadeur et caricature.

Tom Hiddleston délivre une prestation en demi-teinte, Charlie Hunnam (Jax dans Sons of Anarchy quand même !) est transparent et Mia Wasikowska fade et sans âme.

Pour autant faut-il fuir le film ? Absolument pas !

Comme vous l’aurez compris, ce film vaut largement le détour de par son univers et sa beauté plastique. Le voir sur grand écran, c’est vivre une expérience visuelle marquante, troublante et merveilleuse. Une de celles qui fait fonctionner votre usine à rêves à plein régime et marque votre imaginaire à jamais…

About Smadj (985 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

18 Comments on « Crimson Peak » de Guillermo del Toro – La chronique qui prend le Toro par les cornes !

  1. Tu as raison de dire que c’est un film à voir plusieurs fois pour en saisir toute la richesse visuelle . Très belle chronique et je comprend bien ton point de vue , proche du miens. C’est dommage car j’aurai aussi voulu que ce soit un chef d’œuvre mais ça ne l’est pas pour les raisons que tu évoques , ce qui n’empêche pas le fait d’avoir passé un très bon moment de cinéma.

    Aimé par 1 personne

  2. J’y vais ou j’y vais pas ??? pfff dur dur de choisir !

    Aimé par 1 personne

  3. Il est vrai que le sénar est un peu plat. Toutefois, les décors sont géniaux et j’ai quand même pris plaisir à voir ce film, même si c’est du déjà vu 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Ça y est, je l’ai vu ! J’ai littéralement adoré !!! L’univers, j’adore. Les acteurs et notamment Tom Hiddlestom, décapant. Franchement, je vais me le revoir avec grand plaisir !

    Aimé par 1 personne

7 Trackbacks / Pingbacks

  1. Box-Office US du 25/10/15 : « Seul sur Mars  seul en tête envoie la concurrence en orbite ! | Cest Contagieux! «
  2. Box-Office France du 27/10/15 : « Seul sur Mars  se prend les pieds dans le tapis « d’Aladin  ! | Cest Contagieux! «
  3. Box-Office US du 01/11/15 : « Seul sur Mars  domine un week-end d’Halloween sanglant pour la concurrence ! | Cest Contagieux! «
  4. Box-Office France du 03/11/15 : « Aladin  reste baba devant « Lolo  de Julie Delpy ! | Cest Contagieux! «
  5. Box-Office US du 08/11/15 : « Spectre  effraie le box-office mais moins que « Skyfall … | Cest Contagieux! «
  6. Box-Office France du 10/11/15 : cette semaine « Seul sur Mars  s’essuie les pieds sur le tapis d’Aladin ! | Cest Contagieux! «
  7. Box-office US du 15/11/15 : James Bond a le permis de tuer… la concurrence ! | Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photo Noir & Blanc (récent)

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

%d blogueurs aiment cette page :