News on fire

« L’île aux Chiens » de Wes Anderson – La chronique sac à puces !

l_ile_aux_chien_wes_anderson_affiche

LE PITCH : En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville.

Production atypique, objet ovniesque et protéiforme, « L’île aux chiens » possède un design impressionnant et propose un voyage exotique à ceux qui voudront bien en sillonner la route. Fable engagée et militante, c’est une belle leçon d’humanité qui nous est délivrée par Wes Anderson.
l_ile_aux_chien_wes_anderson

Photo Courtesy of Fox Searchlight Pictures. © 2018 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Sur fond de grippe canine dans les archipels nippons, le maire de Megasaki décide, pour éviter le risque de contagion, d’exiler tous les chiens sur une île dépotoir, l’île poubelle, afin de préserver le reste de la population. Un petit garçon de douze ans à la recherche de son compagnon de jeu préféré va débarquer sur l’île et remettre en question cette décision à l’aide d’une bande de 5 chiens qu’il va y croiser.

l_ile_aux_chien_wes_anderson

Photo Courtesy of Fox Searchlight Pictures. © 2018 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Pour insister sur l’incompréhension entre les humains et les chiens, les langues sont volontairement différentes, les humains parlant japonais (non traduits la majeure partie du temps) et les chiens anglais. Ce choix permet aux spectateurs de s’identifier spontanément à la gente canine et de leur dédier toute leur empathie. Les dialogues sont pince-sans-rire et souvent caustiques ; des échanges ping-pong qui font naître le rictus puis les rires à gorges déployées. Il faut dire qu’Anderson a soigné son casting de voix (La liste qu’elle soit en VO ou en VF est impressionnante !).

Seconde incursion dans le monde de l’animation pour Wes Anderson après l’étonnant « Fantastic Mister Fox », « L’île aux chiens » est l’écrin rêvé pour l’univers déjanté du réalisateur dont la filmographie est remplie de joyaux décalés et absurdes tels que son merveilleux « La vie aquatique » et son pétillant « Grand Budapest Hotel ». La photo est sublime, les animations de marionnettes en Stop-Motion sont à couper le souffle tant le design est original et d’une beauté vénéneuse et hypnotique.

L’auteur a trouvé un terrain de jeu qui lui sied comme un gant et lui permet d’expérimenter de nouvelles voies au niveau de la mise en scène et de l’ambiance. Wes Anderson ne s’est d’ailleurs jamais caché de son admiration pour le cinéma japonais et c’est le fantôme de Kurosawa qui est convoqué ici. Le film transpire d’influences nippones que ce soit dans le traité du dessin ou dans la rigueur de la réalisation. On y ajoutera aussi, une certaine influence du western spaghetti.

l_ile_aux_chien_wes_anderson

Photo Courtesy of Fox Searchlight Pictures. © 2018 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Quand on parle d’expérimentation, il est rare de voir un film d’animation rendant à ce point hommage à Sergio Leone dans la construction de sa mise en scène. Certains plans (voire certaines scènes) renvoie à un cinéma de genre, avec des profondeurs de champs sur certains plans de visages ou de partie du corps, jouant sur les hors champs pour distiller l’ambiance délétère de fin du monde ressentie par les chiens. On est ici dans l’animé inanimé tant la volonté du statique dans le mouvement vient créer un décalage savoureux dans la façon de raconter l’histoire. Et quand on sait à quel point Leone s’est inspiré de Kurosawa, on se dit que la boucle est bouclée.

l_ile_aux_chien_wes_anderson

Photo Courtesy of Fox Searchlight Pictures. © 2018 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Mention spéciale pour la musique d’Alexandre Desplat fraîchement oscarisé pour « La forme de l’eau ». Tribale et entêtante, aux airs martiaux appuyés, elle contribue indéniablement à l’atmosphère singulière qui règne.

Le film n’évite cependant pas certaines longueurs et aurait gagné à être un peu plus resserré. Mais on ne boudera pas le plaisir de vivre une expérience de cinéma particulière qu’on ne retrouvera pas ailleurs avant longtemps.

Petite précision qui a son importance, de par sa complexité et son apparente austérité, ce film d’animation n’est pas destiné à un jeune public qui risquera de rester hermétique à l’ensemble. En revanche, les parents, précipitez-vous !

4

4/5

Retrouvez cette chronique et 200 pages de bonheur culturel dans le magazine « La Fringale Culturelle » en cliquant là !

la_fringale_culturelle_08

La Fringale Culturelle #8

About Smadj (1043 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

12 Comments on « L’île aux Chiens » de Wes Anderson – La chronique sac à puces !

  1. wouaf ! Je vais en parler de ce pas à mon chat 😉

    Aimé par 2 personnes

  2. BONJOUR David belle chronique j adore

    Aimé par 1 personne

  3. sylviane renaud // 13 avril 2018 à 17 h 03 min // Réponse

    coucou

    J'aime

  4. sylviane renaud // 13 avril 2018 à 19 h 19 min // Réponse

    bonsoir David je suis désolé je croyais que ca buguait bisous a vous trois

    J'aime

  5. Ta chronique a du chien ! 😆 Je suppose que dans ce « film », Bryan Cranston ne fabrique pas de la meth mais fait une voix ?

    Zut, je le note, j’ai envie de hurler tel un chien 😆

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

%d blogueurs aiment cette page :