News on fire

« Carnets Noirs » de Stephen King – La chronique blanche comme neige !

carnets_noirs

Carnets Noirs – Stephen King

Après la première incursion peu convaincante de Stephen King dans le polar (voir la chronique de Mr Mercedes), il me tardait de voir si cette seconde tentative serait plus excitante et réussie et si ce cher Stephen en avait vraiment sous le coude en matière de Polar.

La réponse est définitivement oui. Ouf !

Le King est de donc de retour et étonnement ce livre se situe plus dans le registre de « Revival » que de « Mr Mercedes ». Je m’explique :

Tout comme « Revival » (lire chronique ici) était un cri d’amour aux auteurs fantastiques de la part du Maitre, « Carnets Noirs » est un vibrant hommage à la littérature classique américaine et notamment à « L’Attrape-Cœur » (« Catcher in the rye » en VO) de JD Salinger. King crache ses influences et c’est le haut du pavé.

l_arrache_coeurs

Carnets Noirs – Stephen King

Il est étonnant de constater à quel point Holden Caufield a influencé  de manière parfois obsessionnelle des millions d’américains notamment ceux de la génération de Stephen King. On le retrouve partout ce Holden Caufield. Heloise Guay de Bellissen en a récemment écrit un livre « Les Enfants de Choeur de l’Amérique » (voir chronique ici) traitant de cette fascination quasi-morbide sur le sujet. Il est intéressant de voir que l’art n’est qu’un amalgame de fils tissés d’un auteur à l’autre.

« Finders Keepers » locution enfantine américaine qui se traduit par « qui trouve garde », en plus d’être le nom de l’agence de Bill Hodges, le héros détective de cette trilogie, résume à merveille l’intrigue du livre. C’est la fascination pour ces carnets et le personnage de Jimmy Gold (sosie de Holden Caufield si vous avez suivi) qui conduiront les personnages à s’entre-déchirer pour s’approprier les fameux Carnets Noirs qui donnent le titre au roman.

King nous coud donc une intrigue de velours de son aiguille magique, nous brodant des personnages faits de soie et de taffetas. On notera la récurrence des thèmes qui lui sont chers. Ici, l’obsession du fan pour un écrivain. Obsession qui se caractérise par une perte de contrôle, une dérive qui mène aux confins de la folie. « Misery » et « La Part des Ténèbres » l’ont déjà démontré.

Pour garder une constance voire un fil rouge dans la trilogie, le personnage de Mr Mercedes plane en filigrane sur ce livre, l’épiçant de quelques grammes de stress additionnel, une sourde menace, un rappel des tragédies passées.

Comme à son habitude, l’auteur prend son temps pour installer son intrigue. Et comme souvent, c’est avec saveur. Le King nous fera voyager d’une époque à l’autre, chapitre après chapitre, de la fin des années 70 à nos jours. On s’immerge lentement dans l’univers proposé et on prend le temps de faire connaissance avec les personnages principaux :

  • Bonjour je suis Peter Saubers, j’ai 13 ans, et je ferai tout ce qu’il faut pour protéger ma famille. Quitte à mentir. Quitte à tromper mon entourage.
  • Bonjour, je suis Morris Bellamy et je suis le fils de pute qui va te traumatiser de la première à la dernière page de ce roman. 
  • Bonjour, je suis Bill Hodges, ces aventures me tueront…

La fin laisse supposer un volume 3 explosif. Sa sortie est prévue pour juin 2016 aux Etats-Unis sous le titre « End of Watch ». Dites monsieur Michel Albin, ça sort quand chez nous ?

4

4/5

4ème DE COUV’

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges. Après Misery, King renoue avec un de ses thèmes de prédilection : l’obsession d’un fan. Dans ce formidable roman noir où l’on retrouve les protagonistes de Mr. Mercedes (prix Edgar 2015), il rend un superbe hommage au pouvoir de la fiction, capable de susciter chez le lecteur le meilleur… ou le pire.

About Smadj (959 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

28 Comments on « Carnets Noirs » de Stephen King – La chronique blanche comme neige !

  1. Voilà trop longtemps que je n’avais pas lu une de tes critiques. Je suis bien contente de reprendre du service avec un avis aussi tentant. Je ne sais vraiment pas ce que j’attends pour lire mon premier King.

    Aimé par 1 personne

  2. Il faudra que je le lise un de ses 4′ ce King là!!!!Il me fait envie et ta chronique est réussie!!!!;)

    Aimé par 2 people

  3. J’aime ta plume pour parler de ce roman épatant, vrai cri d’amour à la littérature.
    Bon moi j’avais adoré Mr Mercedes 😉

    Aimé par 2 people

  4. Ton analyse est très intéressante ! J’avais vraiment aimé Mr Mercedes, nous ne sommes pas toujours du même avis sur le King 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

%d blogueurs aiment cette page :