News on fire

Live Blog Festival sans Nom de Mulhouse : Rencontre avec Sire Cédric et Karine Giebel !


Retranscription d’une interview réalisée par Yvan Fauth du Blog Émotions le samedi 21/10/17. Je précise que ce sont les grandes idées développées par les intervenants et pas du mot à mot puisque les notes sont prises par écrit en direct. Pardon par avance si j’ai par mégarde trahi les propos des auteurs.

Q : Karine, tu sors ces jours-ci un recueil de nouvelles dont une se déroule à Mulhouse d’ailleurs ?

Karine Giebel : Effectivement, je sors un recueil de nouvelles, il y en a 8 au total. Un mélange d’ambiances allant du Thriller à des sujets de société. Les sujets de société m’inspirent plus pour les nouvelles. Certaines sont plutôt des thématiques imposées comme celle des restos du cœur.

Entre le roman et la nouvelle, il y a des impératifs différents. Le nombre de pages par exemple. Sur le roman, je me laisse naviguer en toute liberté, je ne fais pas de plan. La nouvelle, c’est plus de contraintes et en plus il faut une fin marquante. C’est plus difficile de rendre le personnage et le sujet intéressant dans une nouvelle et c’est ce challenge qui est intéressant.

Cependant, ce n’est pas le genre littéraire qui marche le mieux en France même si ma maison d’édition, Belfond, pousse à fond dessus.

Sire Cédric : Concernant les nouvelles, je fais le parallèle avec la musique car je les considère un peu comme un best-of alors que le roman est un opéra .

Q : Sire Cedric, ton nouveau roman est un slasher ?

SC : Oui, d’ailleurs c’est « Psychose » qui a lancé la vague du Slasher. Il m’a beaucoup influencé. J’aime les films horrifiques, ils m’inspirent beaucoup.

En revanche, je me suis inspiré de faits divers pour mon dernier bouquin, j’ai essayé d’être plus ancré dans le réalisme. Ça reste différent de mes précédents écrits, même si j’y traite de sectes sataniques (rires). De même, je me suis inspiré de l’engouement actuel qu’ont les gens sur les thèses de conspiration en me disant « et si je partais de cette base ? ».

Q : Mettez-vous beaucoup de vous dans vos romans ?

KG : J’essaie de me glisser dans la peau de mes personnages. C’est parfois difficile car ils sont très différents de moi comme Sandra dans mon roman « Le Purgatoire des Innocents. ».

Les émotions que les lecteurs ressentent sont exactement celles que je ressens quand je les écris.

SC : Pour qu’une émotion fonctionne, il faut aller la chercher au fond de soi. Parfois c’est douloureux car je vis les scènes. C’est un peu de la torture (rires).

Q : Avez-vous une méthode d’écriture ? Faites vous un plan ?

SC : Au début je n’avais pas de plan. Je démarrais et laissais l’imagination me porter. Pour le dernier, « Du feu de l’Enfer », j’en ai fait un car j’avais besoin d’être rigoureux. C’est mon roman le plus ambitieux. Je me suis acheté un tableau veleda blanc afin de m’aider à relier toutes les scènes.
KG : Moi, je n’y arrive pas. Un plan ça me bloque, me contraint et m’empêche de partir dans des directions créatives différentes. J’écris quelques pages et ça vient tout seul ensuite. Je n’ai pas besoin de plan. Sur certaines nouvelles en revanche je suis obligé de le faire car le format m’y contraint.

FIN

About Smadj (970 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

12 Comments on Live Blog Festival sans Nom de Mulhouse : Rencontre avec Sire Cédric et Karine Giebel !

  1. Oh trop bien! Merci de nous faire revivre un peu les interviews et les bons moments que vous passe là-bas!!!! Sire Cédric et Giebel, ils s’entendent bien ces deux là, et j’avais adoré discuter avec eux, ils sont adorables!

    Aimé par 1 personne

  2. tu m’épates, David, de réussir à retranscrire ainsi une interview en direct !
    Merci d’être venu à Mulhouse, merci pour ces moments d’échange. Merci merci merci

    Aimé par 1 personne

  3. Quel talent mais quel talent mon David !

    Aimé par 1 personne

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Le Festival Sans Nom 2017, salon du polar de Mulhouse – Compte-rendu – EmOtionS – Blog littéraire et musical
  2. Mon Festival sans nom, un samedi matin riche en émotions – Collectif polar : chronique de nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photo Noir & Blanc (récent)

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

%d blogueurs aiment cette page :