News on fire

« La Conjuration Primitive » de Maxime Chattam – La chronique hystérique

la_conjuration_primitive

La Conjuration Primitive – Maxime Chattam

Un Chattam au pitch énorme, international même !

Sur un scénario très proche des « Racines du Mal » de Maurice Dantec en beaucoup moins ambitieux et réussi. Chez Dantec, on frise le chef-d’œuvre, ici on a affaire à un faiseur sympathique.

Le manteau a l’air trop grand pour Maxime qui sous couvert de sortir 2 bouquins par an ne pousse pas son concept jusqu’au bout. Facilité ?  Surproductivité ?  Générosité ? On ne se plaindrait pas de ce dernier point tant il est l’un des orfèvres français de la littérature policière horrifique et fantastique. Un de ses maîtres.
Pour séduire, il faudra néanmoins aller plus loin chercher au fond de ses tripes et de ses ambitions. Les enjeux et les descriptions, certes crues et gores, accentuent Le Mal-être, essentiel à la plongée dans Le Mal et inhérent au genre mais elles masquent l’intensité du propos.
La noirceur est là mais à l’état de brouillon, de clichés, elle est contournée d’un doigt qui n’ose s’enfoncer dans la plaie béante. Chattam décrit Le Mal et la violence de notre société actuelle mais ne clique pas sur les boutons de façon viscérale pour nous la faire ressentir au plus profond. Ce qui était le cas dans sa trilogie du mal.
Néanmoins, on ne peut pas lui reprocher les cohérences et la pertinence de ses analyses sur l’ensemble de son œuvre, ce bouquin y compris. C’est un de ses plus grands talents, on saluera l’auteur sensitif.

Une maturation de quelques mois n’aurait pas nuit à l’ensemble pour nous proposer une approche plus approfondie.

Pourtant il n’en manque pas de qualités ce livre.
Comme à son habitude, Chattam nous propose une galerie de personnages humains bien ancrés dans leur époque, attachants, pour qui l’on frémit et s’inquiète. Les twists sont nombreux et impossibles à percevoir (la marque d’un grand) et enrichissent le bouquin au fur et à mesure de notre progression.
On regrettera cependant l’absence d’une figure archétypale à haïr ; ce mal impalpable, insidieux manque d’une figure consistante pour l’incarner mais ceci étant le postulat du livre (Le Mal est partout et indivisible), ce choix est évident et s’explique.

La meilleure partie (celle qui rehausse fortement la note finale) se situe dans les 50 dernières pages qui en méritaient bien 200 de plus tant l’intrigue est excitante ici.
Action, suspense, lutte haletante contre la mort, Chattam nous rejoue ici une version de western moderne et nous secoue à chacune des pages tournées. On se surprendra à crier tout haut dans son salon ou dans le métro des « ohhhh » puis des « ahhhhh » de surprise, d’angoisse et oui, oui, de plaisirs béats.
Et Dieu que cette fin inattendue remonte le niveau de plusieurs crans ! Au fond, il est fort ce Chattam. Allez je rehausse encore la note.

Bonus de l’auteur : Des clins d’œil à ses précédents ouvrages ce qui tend à accentuer la mythologie créée par l’auteur et donner une cohérence à l’ensemble de son univers. On saluera donc notamment l’apparition surprise et éclair mais bienvenue d’un des personnages de « La trilogie du mal » qui reste pour l’instant une des pièces maîtresses de l’auteur. Et pour ne pas rester sur cette semi-déception (semi-réussite ?), à quand la suite Max ???

david_picto_3.5

4ème DE COUV’

Et si seul le Mal pouvait combattre le Mal ?
Une véritable épidémie de meurtres ravage la France.
Plus que des rituels, les scènes de crimes sont un langage.
Et les morts semblent se répondre d’un endroit à l’autre.
Plusieurs tueurs sont-ils à l’œuvre ? Se connaissent-ils ?
Et si c’était un jeu ?
Mais très vite, l’hexagone ne leur suffit plus :
l’Europe entière devient l’enjeu de leur monstrueuse compétition.
Pour essayer de mettre fin à cette escalade dans l’horreur, une brigade de gendarmerie pas tout à fait comme les autres et un célèbre profiler, appelé en renfort pour tenter de comprendre.
De Paris à Québec en passant par la Pologne et l’Ecosse, Maxime Chattam nous plonge dans cette terrifiante Conjuration primitive, qui explore les pires déviances de la nature humaine.

About Smadj (970 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

27 Comments on « La Conjuration Primitive » de Maxime Chattam – La chronique hystérique

  1. Pour ma part j’ai beaucoup aimé cette conjuration. Ce livre est bien plus réussi que le suivant, que j’ai oublié très vite

    Aimé par 3 people

  2. Je me rappelle avoir beaucoup aimé, certaines scènes m’ont perturbées pendant longtemps. 😉

    Aimé par 2 people

  3. Bon si ça perturbe …c’est pas pour moi, je passe !

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai aimé lire ce livre mais sans plus. Je ne me suis pas attachée aux personnages à part Alexis si je me souviens bien. J’ai aimé un peu l’histoire, qui relate quelques faits vécus. Comme toi, j’ai aimé la finale du livre. Il n’est pas dans mes préférés comme la suite. Je troue qu’il manque quelque chose qu’on ne retrouve pas comme dans ses autres romans.
    J’adore ta critique, très bien analysée et très coloriée. Je partage tes ressentis que j’approuve aussi.
    C’est encore du bon Smadj, vrai dans ton senti et tu transmets ta plume chaleureuse à tes lecteurs.

    Aimé par 3 people

  5. Les racines du mal, je dois encore le lire, il est dans mes étagères à prendre la poussière… Ce Chattam là, je pense que je ne le possède pas. Non, pas d’ajout !

    Pssiit, j’ai eu peur en lisant « Une maturation » car mon cerveau tordu avait lu « masturbation ». Oui, je suis bonne à avoir un bon back-up et une éradication totale des virus cochons de mon esprit ! mdr

    Aimé par 2 people

  6. A oui d’accord mais si tu te mets à tout comparer au racine du mal de Dantec, alors peu de roman vont valoir la peine à tes yeux.
    Je ne lis plus de Chatam depuis un bout de temps. Il a su trouver son public et il n’a plus besoin de moi pour se faire connaitre. Pour autant ta chronique, superbe billet au passage, me donnerai presque l’envie de m’y remettre.
    Et je suis d’accord avec toi, sa trilogie du mal est sans du son oeuvre maîtresse m^me si , je l’aii relu, et que franchement ça manque de style. Super scénario, une histoire parfaitement maîtrisée, un personnage, des personnage bien campés, mais alors l’écriture….
    Heureusement on s’en fout car franchement ça le fait… 🙂 😉

    Aimé par 2 people

  7. Comme Yvan. Beaucoup aimé celui là et j’ai aussi oublié le second. ..
    Par contre le dernier en date en vaut la peine!

    Aimé par 1 personne

  8. Et bien pour ma part, j’ai beaucoup aimé ce roman, et j’ai trouvé qu’il était assez proche dans ces réflexion de la trilogie du mal. Mon moment préféré, le milieu du livre ou tout bascule et surtout le point de vue. en revanche, la fin m’a moins marquée et pour mois le nombre de pages était suffisant.
    En lisant ton article et plus particulièrement : « Le manteau a l’air trop grand pour Maxime qui sous couvert de sortir 2 bouquins par an ne pousse pas son concept jusqu’au bout. Facilité ? Surproductivité ? Générosité ? « , s’applique plus à la suite, la patiente du diable où j’ai été terriblement déçue et que ce livre est réellement un FLOP, par de surprise, pas de tension, très brouillon et pas achevé, ^si les enquêtes de Ludivine continue, je en suis pas sûre d’y retourner, cependant c’est du Chattam, comment résister 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photo Noir & Blanc (récent)

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

%d blogueurs aiment cette page :