News on fire

« Prémonitions » de Afonso Poyart – La chronique qui n’a pas d’avenir !

Quand tu as fait l’effort de t’apprêter pour te rendre au cinéma, que tu mets tes habits de lumière et un zeste de parfum sur ta peau, que tu y vas, en plus, accompagné de ta moitié à qui tu as bien vendu le film, pitch et acteurs compris, pour te faire cette sortie que tu prévoies excitante, c’est la gueule cassée, le nez qui plisse et la moue boudeuse qui s’expriment sur ton visage lorsque tu ressors de la salle à la fin du film…

Ah Prémonitions, tu l’avais pas vu venir c’te deception !

Pourtant tout partait sur de bonnes bases, un casting aux petits oignons, Colin Farrell et Sir Anthony Hopkins quand même, un pitch à te faire saliver des hectolitres de liquide glandulaire…

Et puis paf le chien !

Vous connaissez l’histoire de Paf le chien ? C’est l’histoire d’un chien qui traverse une rue. Et là, paf, le chien ! Si vous ne la comprenez pas ou qu’elle ne vous fait pas rire, racontez-la à vos enfants. Eux devraient adorer. Ou alors, je retiens ma respiration jusqu’à ce que quelqu’un rit…

Help, j’ai plus d’air…

Pour en revenir au film, abordons la réalisation. Si on peut appeler réalisation les flashs incessants reçus par le personnage d’Anthony Hopkins, censés nous faire comprendre qu’il a des visions horribles de crimes passés ou à venir, des effets clichesques, des images brouillonnes et éculées qui veulent faire moderne mais sentent méchamment le réchauffé. On frôle l’amateurisme sur certains plans. De nos jours, les séries TV sont mieux filmés que ce bousin qui rappellera de fâcheux souvenirs aux spectateurs innocents qui se sont déjà coltinés  « Le témoin du mal », « Copycat » ou « Le Masque de l’Araignée » et tout un tas de sous-Seven qui ont fleuri à la fin des Nineties. Alfonso Poyart, le dit réalisateur, déçoit et fait biper la case « Echec Artistique » sur le flipper du talent. Tilt !

Bon ok, la réalisation n’est pas top mais les personnages ?

Anthony Hopkins a été et reste un acteur exceptionnel. Néanmoins il est beaucoup trop âgé pour le rôle qu’on lui attribue. En voilà une erreur de casting. S’il est impeccable dans son jeu et dégage toujours un magnétisme animal, à 77 ans (il en fait 10 de plus dans le film) – et sans manquer de respect à ce grand bonhomme – il n’est pas crédible un instant dans le rôle du père d’une gamine de 20 ans, censé être aussi alerte que le reste du casting alors qu’on le voit peiner dans les scènes où il marche. On souffre pour lui parfois tant il semble épuisé. De plus, on veut nous le faire passer pour un « beau gosse qui avec son sourire charme les femmes » (je cite le film). Hopkins, même jeune, n’a jamais été Sean Connery. Et du coup l’acteur ne correspond vraiment pas au personnage qu’on veut nous vendre. Sans compter les incohérences scénaristiques sur son personnage de « médium ». Parfois il doit toucher à mains nues une peau pour avoir des visions, d’autres fois il touche le manteau d’un personnage mais il réussit quand même à avoir des visions et d’autres fois encore, il a des visions sans même toucher personne… Il faudrait savoir…

Anthony Hopkins

Anthony Hopkins

Colin Farrell qui joue le tueur en série « ambigu » est transparent. Pas investi ni inspiré, on sent le comédien en retrait. A aucun moment, on ne sent menace ni danger émaner de sa personne. Et ce ne sont pas ses tentatives de regards hallucinés genre je suis un psychopathe dangereux qui y changeront quelque chose. Quand on connaît le talent de ce comédien, c’est exaspérant.

Sa justification pour les meurtres commis est ridicule, d’autant que le scénario fait preuve d’une mauvaise foi crasse lors d’un final nauséabond qui vient contredire tout le propos du film et l’enquête menée par les flics pendant l’heure quarante endurée par le spectateur.

colin_farrell

Colin Farrell

Les autres acteurs, quant à eux, sont interchangeables, sans épaisseur. Qu’ils se rassurent tous, ils ne risquent pas d’attraper l’Oscar cet hiver, au mieux une grippe.

L’idée était sympathique mais sa mise en œuvre est un gâchis total. Quand on sait qu’à la base, ce scénario était prévu pour être « Seven 2 » (véridique !), on soupire de soulagement en se disant qu’au moins, les pontes de Hollywood n’ont pas altéré le chef-d’œuvre de Fincher par une suite qui aurait été lamentable. C’est toujours ça de gagné avant d’aller se coucher, repu, limite gavé.

david_picto_1.5

Pour contrebalancer mon avis, je vous mets le lien d’une autre blogueuse, May Lee, qui publie sur le site « Les Adeptes du 7ème art ». Pour sa part,elle a beaucoup aimé ce film et elle vous explique pourquoi. Si c’est pas de la pluralité, ça ! Cliquez là les ami(e)s !

About Smadj (985 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

16 Comments on « Prémonitions » de Afonso Poyart – La chronique qui n’a pas d’avenir !

  1. Waouh t’es dur de chez dur là ! Voilà pourquoi je ne serais jamais chroniqueuse … je vais voir un film ou lire un bouquin l’esprit libre … je m’ennuierais bien si je devais tout décortiquer ! Mais chapeau, je n’ai rien vu de tout ça pendant le film et je t’admire d’aussi bien cerner que ce soit la réalisation, le jeu des acteurs, le casting etc …
    Comme quoi il ne peut y avoir d’avis universel (ce qui je sais n’est pas ton but) J’ai passé un excellent moment pour ma part !
    Bisous mon David

    Aimé par 1 personne

    • Oui je suis dur car j’en attendais beaucoup. Je partais avec le sourire et la fleur au fusil.
      D’où ma déception 🙂
      Pour te rassurer quand je lis un livre ou vois un film, je ne pense pas du tout à la chronique que je vais en faire. Je suis comme toi, l’esprit vide entièrement consacré à mon plaisir. Sinon ce serait un travail et pas un plaisir.
      Je ne suis pas journaliste mais un spectateur avec un avis. Et comme tu le dis ce n’est qu’un avis qui n’a pas plus de poids d’un autre. La seule différence c’est que je l’écris et on a surtout le droit de ne pas être d’accord avec moi.

      J’ai eu un très bon bouche à oreille sur le film, ce qui prouve qu’il a beaucoup plu, et c’est ce qui m’a décidé à le voir car les critiques presse n’étaient pas bonnes.
      Et je suis content si tu as aimé car l’essentiel est de prendre du plaisir 😀
      Merci pour les gentils mots et je te couvre de baisers ma Kris 🙂

      J'aime

  2. Oulahhhhhhhhhhhh ça claque!!!!Bon et bien je n’ai pas eu le temps de me faire cette séance, finalement , on dirait que c’est une bonne nouvelle 😉

    Aimé par 1 personne

  3. 🙂 🙂 🙂
    De mon côté, j’étais devant « le nouveau stagiaire ». Loin d’être un grand film mais malgré tout, un très beau film. J’ai passé une belle soirée, versée une petite larme et le reverrai avec plaisir sur le petit écran.
    Et paf…, le chien !!!

    Aimé par 1 personne

  4. ah ouais !! je l’ai pas vu venir cette chronique …alors que tout les éléments étaient réunis pour avoir un thriller haletant … dommage , n’est pas Fincher qui veut.

    Aimé par 1 personne

  5. C’est bien ce que je me disais ! Un remake de Seven ! Et encore Seven était largement mieux que celui-là. Je suis ressortie comme « mouais sans plus ». Bon Anthony Hopkins me fait toujours flipper lol

    Aimé par 1 personne

  6. Mélie Wolff Nerrière // 8 octobre 2015 à 9 h 53 min // Réponse

    Bon l’avantage avec tes titres c’est qu’on sait direct si tu as aimé ou non ! Ici quelle déception en voyant que ce ne fut pas le cas… déçue parce que tu n’as pas aimé et moi oui, déçue d’être une critique parmi d’autres qui t’ont donné envie de le voir, déçue parce que je vois bien que tu n’as pas aimé du tout et que ta critique est acerbe… bref déçue pour toi et pour moi… Concernant le début de chronique, j’ai adoré ton histoire de Paf le chien mais surtout que tu fasses l’enfant en arrêtant ta respiration (pour mes gremlins je n’ai jamais eu ça fort heureusement). Pour les références que tu donnes, je n’ ai vu aucun films, voilà peut-être pourquoi j’ai aimé cette série de flashs, j’ai regardé ce film d’un oeil neuf ! Je ne comprends pas par contre la comparaison avec Seven (que j’ai surkiffé) ! Parlons des personnages maintenant, je vois bien tout ce que tu dis mais je me dis rohhh tu es parti loin dans l’analyse, tu donnes l’impression d’un non lâcher-prise et je comprends que tu n’apprécies pas ! Je vois que tout ce que j’ai apprécié dans ce film c’est ce que toi tu n’as pas aimé (intéressant donc de voir des points de vue différents). J’imagine que ta chérie n’a pas aimé non plus, je suis encore plus déçue pour elle. Bon cette dure critique me laisse un goût amer, je suis comme ça je prends tout sur moi, une vraie éponge… Tant pis ! J’espère juste maintenant que Queen Betsy ne sera pas trop une punition pour toi, je m’en voudrais… Allez je laisse mon avis de néophyte sur ce film : En premier lieu je dois signaler que le titre original (Solace) est utilisé plus à bon escient que le titre français. Solace signifie « réconfort » et vous qui allez voir ce film vous comprendrez que c’est vraiment là le sujet principal.
    Parlons maintenant des acteurs, un duo, trio, quatuor exceptionnel ! De superbes associations : le duo Anthony Hopkins/Jeffrey Dean Morgan (oui un de tes chéris Nyah – d’ailleurs ma mère a bavé dessus, je dis ça je dis rien) ; le duo Anthony Hopkins/Abbie Cornish (une belle découverte pour cette dernière) ; le duo Anthony Hopkins/Colin Farrell un pur régal…
    L’opposition des générations dans ce dernier est à l’inverse de ce que l’on a l’habitude de voir, ici c’est le plus jeune qui surpasse le plus âgé, c’est lui le maître du jeu et il le fait savoir… il en arrive même à nous faire « approuver » ses actes.
    Enfin voyons l’envers du décor, et quel décor ! Un jeu fantastique d’images, des mouvements de caméra tel qu’un travelling circulaire exceptionnel, d’une valeur dramaturgique intense… une parfaite maîtrise de l’objet et un timing aux petits oignons. On voit par exemple à l’écran tous les scénarii (oui c’est comme ça au pluriel) possibles qu’une personne envisagerait et que le tueur « voit » et qui lui permet d’anticiper et de se créer une porte de sortie quoi qu’il arrive.
    Pour définir les talents du tueur et de John Clancy, on retiendra la définition de ce dernier « j’ai la version luxe de ce qu’on appelle l’intuition » et non pas prescient ou devin peut-être plus prétentieux.
    Un dernier mot pour la route, le film fait 1h30 et il a un format parfait pour ce qu’il veut donner. Pour David, la fin n’est absolument pas décevante, bien au contraire, elle est d’une logique implacable !

    Bon il s’avère que pour toi ce n’est pas seulement la fin qui est décevante, vraiment désolée ! Allez on va finir sur une note positive, je ne voudrai pas que tu penses que je déprime… euh je trouve pas en fait huhu* Te abrazo tío ❤

    Aimé par 1 personne

    • Là référence à Seven est d’autant plus forte que comme je le dis à la fin de l’article, ce devait être le scénario de Seven 2.
      Il ne faut pas que tu sentes embêté de ma déception. Je n’ai pas le monopole du bon goût, ce n’est qu’un avis et je sais que beaucoup, dont toi, ont aimé et c’est aussi respectable que moi qui n’ai pas accroché. Tout est dans l’œil de celui qui regarde. Ce n’est qu’une question de goût et c’est la magie de l’art 🙂
      Un grand merci en tous cas pour ton avis très détaillé et instructif qui contraste le mien. J’adore 🙂

      J'aime

      • Mélie Wolff Nerrière // 8 octobre 2015 à 10 h 47 min //

        Je me dois de préciser que je n’avais aucune attente aussi, ça joue… Ok pour Seven, j’avais compris mais je ne comprends pas en quoi ça aurait pu être un Seven 2… Bref avec plaisir David, j’aime te lire même si nos avis divergent et c’est souvent le cas, c’est encore plus plaisant d’apprécier de partager avec quelqu’un qui n’a pas eu les mêmes sentiments.

        Aimé par 1 personne

      • Demande aux producteurs du 1er Seven 🙂
        Je te rejoins totalement, c’est ça qu’est bon 🙂

        J'aime

  7. Bon moi qui suis sans enfant pendant 10 jours et qui veux me faire une overdose de cinéma et qui voulait voir celui-ci je pense que je vais aller faire un tour vers un autre film t si j’ai le temps je finirai par celui-ci pour me faire ma propre idée.
    Merci j’adore l’histoire de paf le chien et tu connais l’histoire de schrurlk la girafe ?

    Aimé par 1 personne

    • Ah nous aussi nous sommes sans la petite, ça fait du bien 🙂
      Concernant « Prémonitions » beaucoup de gens ont aimé, je te conseille donc de te faire ta propre opinion. J’ai considéré qu’il avait beaucoup trop de défauts pour être honnête mais ca n’a pas gêné tout le monde.
      Ah bah non je connais pas, raconte !!!

      J'aime

4 Trackbacks / Pingbacks

  1. Box-Office France du 06/10/15 : « Everest  chevauche « Marguerite  pour la deuxième semaine consécutive. Ça va jaser ! | Cest Contagieux! «
  2. Box-office US du 11/10/15 : Peter prend un gros « Pan  sur la tête ! | Cest Contagieux! «
  3. Box-Office France du 13/10/15 : « Le Labyrinthe  aux 1 000 000 d’entrées ! | Cest Contagieux! «
  4. Box-Office US du 18/10/15 : Ridley Scott, Steven Spielberg et Del Toro ont « La Chair de Poule  (Goosebumps en VO) ! | Cest Contagieux! «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photo Noir & Blanc (récent)

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

%d blogueurs aiment cette page :