News on fire

Compte-rendu du Café Littéraire du 14/04/2016 : Mallock, Manook et Zeimet – Un trio magique !

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Copyright KoMa

Organisé par l’Association « Lire C’est Libre », ce café littéraire s’annonçait très gourmand. Pensez : Amédée Mallock, Ian Manook et Nicolas Zeimet. Un programme alléchant et une rencontre qui s’annonçait comme un voyage au pays des délices ! Le débat fut animé avec le brio et le talent qu’on lui connaît par Christophe dit Joyeux Drille. Un moment merveilleux que nous allons vous conter ici…

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Copyright KoMa

Q : 3 univers, 3 pays, 3 styles, c’est un beau panel d’auteurs que nous avons là… Pour commencer, Ian Manook, qui est Yeruldelgger ?

Ian Manook : Yeruldelgger, c’est LA Mongolie, il la personnifie. La Mongolie est un encéphalogramme plat sur plusieurs siècles. C’est un des premiers régimes communistes après la Russie. C’est une sorte de chaos dû à la chute communisme, un ultralibéralisme prégnant. C’est ce que j’aborde dans ma trilogie. Dans le premier mon héros subit, dans le second il est en colère. Vous verrez pour le troisième.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook -Copyright KoMa

Q : Nicolas Zeimet, vous c’est un décor différent – ce n’est pas une série mais des romans différents – pourquoi les États Unis ?

Nicolas Zeimet : Je voyage beaucoup. San Francisco et l’Utah m’ont particulièrement soufflé. Dans l’Utah, j’ai visité cette petite ville où tout le monde se connait, avec les secrets qu’on imagine. Pour San Francisco, c’est l’inverse, une grande ville où on ne connait pas les secrets des autres. Les États-Unis, c’est surtout ma passion pour Stephen King ; j’ai une affection particulière pour l’Amérique. Ce n’est pas un amour aveugle, je garde un œil critique.

Q : Chez vous, ce n’est pas le flic le personnage principal. Vous êtes plus dans le thriller que dans le roman policier 

NZ : J’aime approfondir mes personnages et leur donner une enquête à résoudre. Les flics m’intéressent moins ils sont déjà très utilisés.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Copyright KoMa

Q : Amédée Mallock, parlez nous de vous. Votre personnage s’appelle Mallock aussi ?

Amédée Mallock : Au moment de sortir mon premier livre, il fallait un visage et un nom, j’ai donc mis le mien. Quand j’ai changé d’éditeur, j’ai mis un pseudo et je me suis dit – selon le principe de parcimonie d’ailleurs – je me suis dit pourquoi ne pas reprendre le nom de mon personnage. Mon éditeur m’a dit que ça ne se faisait pas. Je l’ai donc fait (rires). 

Mallock est un personnage plein de contradictions, il les assume et les impose aux autres. Il aime vivre seul mais il a besoin d’une équipe. Plein de contradictions je vous dis.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Copyright KoMa

Q : Ian Manook, la Mongolie est un vrai personnage mais on la connait mal. C’est pour avoir de l’originalité dans les intrigues et les espaces que vous avez choisi ce pays ?

IM : Je ne me documente pas, tout ce qu’il y a dans le livre ce sont des souvenirs de voyage. On a voyagé en Mongolie et on a beaucoup aimé ce pays. Dans mon premier livre, je pressentais que ça pouvait être surprenant. Dans le deuxième je suis allé plus loin et dans le troisième j’en arrive à une conclusion. J’ai changé mon regard au fur et à mesure des livres. Mon éditeur voulait que je rapatrie mes personnages en Occident. Je voyais mal comment jusqu’à ce que je tombe sur une coupure de presse. On a retrouvé vers le Havre des voleurs qui venait de Mongolie, qui volaient en France et envoyaient ensuite les objets en Mongolie. Ca m’a aidé à trouver une solution pour qu’une partie de mon intrigue se déroule en France.

Pour le troisième tome (à paraître en Automne) on s’évadera aussi en Australie et à New York.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Copyright KoMa

Q : Nicolas Zeimet, parlez nous de Duncan’s Creek, la petite ville de « Seuls les Vautours ».

NZ : Je me suis inspiré de la ville de Boulder. Un écrin dans la montagne. L’Utah est à majorité mormone. J’ai trouvé ça intéressant. 

Q : Pourquoi la situer dans les années 80 ?

NZ : J’adore les années 80 et je voulais me faire plaisir. Je voulais aussi profiter d’un monde pas encore numérique. Comment vivre sans son téléphone dans sa poche ? Comment on se débrouille ?

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Joyeux Drille – Copyright KoMa

Q : Ce sont les citoyens eux-mêmes qui mènent l’enquête. D’où est venue l’idée d’un thriller choral ?

NZ : J’aime l’idée de plusieurs personnages. De croiser des destins. De se rendre compte que tout est imbriqué à la fin. Je voulais une bande de gosses car leur regard est différent.

Q : Amédée Mallock, sur « Le principe de parcimonie », le ton change par rapport aux précédents romans ? C’est une volonté cette teinte différente à chaque fois ?

AM : Oui exactement. Il y a une structure, un personnage et une équipe récurrente, ce qui me permet d’avoir un socle solide et de m’amuser à les emmener sur des univers différents. D’ailleurs puisqu’on parle de teintes différentes, j’ai très envie de passer au « je » et vais publier le journal de Mallock qui s’appellera « les petites barbaries ».

Q : Mallock ne sait pas travailler seul. Il a besoin de son équipe…

AM : Tout policier à part dans les Experts a besoin d’une équipe pour résoudre une enquête. J’ai même agrandi l’équipe dans le dernier.

Q : Le méchant s’appelle Ockham il est bien tordu…

AM : Ockham est un moine qui a mis au point une théorie qui dit que les explications les plus courtes sont les meilleures d’où le rasoir qui coupe le gras justement. Mon personnage va prendre ca au pied de la lettre et raser tout ce qu’il juge inutile. Les oreilles de politicien, la cervelle d’une fille de la télé réalité, les philosophes, les journalistes…

A Paris c’est la crue centennale et Mallock va se mettre à ramer (rires). Il va devoir se mettre à l’eau pour attraper le polichinelle (il se nomme comme cela).

Q : Ian Manook, Yeruldelgger est un personnage qui évolue. On a l’impression d’avoir deux Yeruldelgger…

IM : J’écris sans plan, d’une traite, et j’avance jusqu’à 500 pages. Je définis juste la fin et le cadre. Je crée les personnages au fur et à mesure. Pour commencer, en général, je pose deux scènes, des scènes de crime généralement. Je ne sais pas à quoi elles vont servir. Mais je les ai en tête. Ensuite je tricote pour rapprocher ces deux scènes. Quand je ne sais plus où aller je passe d’une des scènes à l’autre. Quand je pars dans une digression qui me plait – je ne devrais pas au bout de 500 pages mais je le fais – je vois ou ca m’emmène. J’ai créé le personnage de l’enfant comme cela. Au début, je ne savais pas trop quoi en faire. Puis j’ai décidé de lui faire rencontrer Oyun. Le dialogue entre les deux prend et du coup je le garde. J’ajoute des jalons un peu partout dont je me sers ou pas, des personnages. Si au bout de 200 ou 300 pages je les oublie, ils restent mais ne servent pas à autre chose. En général, ils me servent à créer des rebondissements quand je bloque.

Je n’écris qu’au bureau. Mais le livre s’écrit pendant les périodes de pause. Ca se construit dans la tête. Ca se structure en amont.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Copyright KoMa

Q : Nicolas Zeimet, Il y a une grosse différence entre vos deux romans :  « Seuls Les Vautours » est choral et « Comme une Ombre dans la Ville » n’a que deux/trois personnages seulement et malgré tout on trouve plein de ressemblances, c’est une volonté ?

NZ : Je me fais plaisir, je n’ai pas de plan pour surprendre mes lecteurs, c’est l’envie du moment. C’est le voyage qui m’irrigue. L’idée peut donc venir d’un voyage, d’un article, d’une discussion. Dans « Comme une Ombre dans la Ville », je voulais aborder l’idée du voyage dans le temps. Que se passerait-il si je pouvais reculer le temps de quelques minutes ? En ce moment, je travaille sur la suite des « Vautours » et je me suis posé la question sur ce que sont devenus les enfants 30 ans plus tard.

Q : Dans « Comme une Ombre dans la Ville », il y a deux élément forts de l’imaginaire actuel : le super héros et le serial Killer…

NZ : Je voulais me frotter au personnage de serial Killer en le confrontant au personnage de super héros. Le choc frontal entre les deux figures imposées de notre culture pop actuelle. Batman contre le Joker, Superman contre Lex Luthor…

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Nicolas Zeimet – Amédée Mallock – Copyright KoMa

Q : Amédée Mallock, « Le Principe de Parcimonie », c’est une chronique beaucoup plus sombre que d’habitude, presque gothique, grise anthracite. Il a ce côté apocalyptique avec la montée des eaux…

AM : Mallock dézingue la société culturelle et Ockham (le méchant du livre) est récupéré par internet et la télé réalité. D’ailleurs, il devient tout ce qu’il déteste : une star. On verra comment il gère cela dans la suite que j’écris actuellement. 

Pour le côté gothique, j’ai une envie esthétique quand j’écris. Là, c’était la crue centennale qui ne devrait pas tarder à arriver d’ailleurs car il y en a une tous les 100 ans.

Je travaille différemment de Ian, je mets 3 ans à écrire un livre. Je ne peux pas en publier qu’un tous les trois ans. Alors j’écris trois livres en même temps. J’ai écrit les synopsis des suites. Moi, jai besoin de plan détaillé et structuré. Ce n’est qu’ainsi que je peux partir dans le fantasque et me lâcher. J’écris un bouquin, j’en corrige un autre, et j’écris le synopsis du suivant. C’est selon l’humeur de la journée. Certains jours j’ai la flemme d’écrire alors les corrections me dépaysent.

Je n’écris que dans la rue. Du 15 juin au 15 septembre, je pars à la mer et je hante le livre. Je le morcèle le reste de l’année. J’ai arrêté mes autres métiers, la peinture et la musique, pour m’y consacrer pleinement. C’était très plaisant. Mais comme je dois sortir un livre par an, j’ai dû me concentrer dans l’écriture.

Q : Ian Manook, il y a un élément un peu surnaturel dans vos thrillers, non ?

IM : La Mongolie est emplie de culture chamanique et cela donne aux comportements de mes personnages une approche un peu faussée. Il faut de l’imaginaire. J’aime le romanesque. Tout n’a pas besoin d’être vrai, il faut juste que ce soit vraisemblable. Dans le polar, chaque chapitre peut être différent. C’est un accord tacite avec le lecteur. C’est un vrai échange, c’est une convention. Le lecteur sait que je vais l’emmener quelque part, il va chercher où à chaque nouveau chapitre.

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Ian Manook – Copyright KoMa

NZ : Je flirte avec le fantastique, ça me laisse une porte ouverte, ça peut être une porte de sortie. Souvent je les abandonne pour du rationnel mais ça pourrait être la solution aux énigmes. On a tous de l’irrationalité. Jérôme (le personnage de « Comme une Ombre dans la Ville » l’est, il vit dans un autre monde. Il vit dans un monde de super-héros mais je l’ancre dans le réalisme. 

AM : Je joue avec les limites de la crédulité du lecteur. Il faut lui apporter du scientifique pour assoir les propos. Moi, ce qui m’intéresse c’est de voyager et de faire voyager mes lecteurs. Comme je suis dans le roman policier je ne peux pas faire croire au fantastique. Même si j’en amène pour mieux perdre les lecteurs. Mais la résolution de l’enquête finit toujours sur du réalisme à la fin. 

Voilà on arrive au terme de la rencontre. Merci à vous, messieurs !

mallock_manook_zeimet_2016

Café Littéraire 14/04/16 – Nicolas Zeimet – Copyright KoMa

Vint ensuite le moment tant attendu des photos et des dédicaces pour conclure dignement cette rencontre atypique, riche en découvertes et en émotions.

Merci à la Bibliothèque de Saint-Simon de nous avoir accueilli, merci aux 3 auteurs d’avoir su enchanter notre soirée (notre plus beau voyage, c’est de vous lire et de vous écouter en parler, messieurs) et surtout à tous les amis lecteurs qui nous ont fait le plaisir de venir assister à ce moment magique et hors du temps !

About Smadj (954 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

18 Comments on Compte-rendu du Café Littéraire du 14/04/2016 : Mallock, Manook et Zeimet – Un trio magique !

  1. « la suite des « Vautours » et je me suis posé la question sur ce que sont devenus les enfants 30 ans plus tard. » ça c’est une très bonne nouvelle, Nathalie va être contente, et je le suis aussi 😉 Comme m’a dit Nicolas va falloir que je fasse de nouveau chauffer le four, immersion quand tu nous tiens 😀 Superbe compte-rendu David. A très vite j’espère. Bisous.

    Aimé par 3 people

  2. wow passionnant ! Trois auteurs que j’admire beaucoup, trois écrivains extraordinaires ! J’aurais rêvé être présent à cette rencontre, heureusement que tu es là pour m’en faire vivre un bout par procuration.

    Aimé par 3 people

  3. Merci pour ce super moment retranscrit!!!!Il ne me reste qu’à découvrir Mallock, mais ses trois auteurs ensemble, ça a du être quelque chose de fantastique!!!!;)

    Aimé par 2 people

  4. Merci David pour ce compte-rendu. C’est toujours agréable de lire ces échanges.

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour ce partage d un rdv avec des auteurs cultes, , même si j’avoue être un peu jalouse de n’avoir pu y participer.

    Aimé par 1 personne

  6. Un compte rendu magique! Ces trois auteurs sont passionnants et leurs livres addictifs. Un vrai bonheur de les avoir dans ma bibliothèque ! 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Quelle belle interview où l’on apprend plein de choses sur nos auteurs prèférés ! Bravo et merci ! 😉

    Aimé par 1 personne

  8. Super, merci pour le partage et les photos de ta belle bouille sur l’épaule Mallock ! 😀 J’avais adoré « seuls les vautours », lire la suite me fera plaisir mais me foutra les jetons aussi !

    Aimé par 2 people

  9. Que j’aurai aimé être des vôtres.
    Tu es un magiciens mon David. D’abord réunir ces 3 là, ensuite retranscrire cette passionnante rencontre.
    Merci pour tout cela !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

%d blogueurs aiment cette page :