News on fire

« L’Appel du Dragon » de Jean-Luc Bizien – La chronique qui crache des flammes ! LC avec Mélie Wolff.

Une fois n’est pas coutume, c’est à un roman jeunesse orienté Fantasy que je me suis frotté en compagnie de la merveilleuse Mélie du Blog The Love Book avec qui je partage cette lecture commune. Il faut dire qu’il portait un label qualité en étant écrit par Jean-Luc Bizien, le créateur de Katana et surtout de l’effarant Paik Dong-Soo. Si, si, clique là c’est effarant !

Le Pitch : Une quête initiatique pleine de bravoure et de tolérance. L’Empereur-Mage se fait vieux. Il faut sans tarder préparer la relève et trouver les héros capables de repousser les forces des Ténèbres qui menacent la cité de Selenae. Kaylan, le jeune paysan, Sheelba la belle magicienne et Shaar-Lun, l’intrigant voleur ont décidé de tenter leur chance. Hélas pour eux, les épreuves sont effroyables. On raconte qu’aucun des derniers candidats n’est ressorti des souterrains de la ville. Pour devenir l’Élu, il faut triompher de redoutables épreuves et affronter ses peurs les plus secrètes. L’un d’eux parviendra-t-il à se hisser sur le trône et à empêcher le réveil du monstre qui sommeille dans les profondeurs de la terre ? Ancien enseignant, Jean-Luc Bizien a d’abord travaillé dans les jeux de rôle, avant de se tourner vers l’écriture. Ses romans policiers pour les adultes ont été couronnés de nombreux prix. L’Appel du Dragon réunit pour la première fois les romans Le Souffle du Dragon et L’Éveil du Dragon.

l-appel-du-dragon_bizien

L’appel du Dragon de Jean-Luc Bizien

C’est dire que j’étais entre de bonnes mains même si de prime abord ce roman ne m’est pas destiné. Mais la promesse de jeunesse fait résonner logiquement l’assurance de passer un délicieux moment entre Madeleine de Proust et syndrome Peter Pan. Qui peut résister à cet appel ?

Pour vous situer l’univers, on oscille entre un mélange de Hunger Games mâtiné de Seigneur des Anneaux. Ça fait aussi un peu penser à la série TV Fantasy « Les Chroniques de Shannara.

Il faut préciser que cette édition regroupe deux romans courts déjà édités séparément « Le Souffle du Dragon » et « L’Eveil du Dragon » ce qui permet de profiter de l’ensemble plus pleinement. Néanmoins les deux romans ont une tonalité très différente. Le second est ce que « L’Empire Contre-Attaque » fut à « La Guerre des Étoiles – Un Nouvel Espoir », le jour et la nuit.

La bonne nouvelle est que chaque appétit de lecteurs et de lectrices pourra être assouvi selon ses goûts même si on notera un manque d’unité atmosphérique de l’ensemble. Je parle d’atmosphère car en revanche la cohérence y est. On aurait aimé que Bizien approfondisse davantage l’univers existant du Livre 1 plutôt que de nous projeter aussi vite plusieurs années après dans l’intrigue du Livre 2. Normal que sur un roman jeunesse on resserre le propos mais lecteurs exigeants que nous sommes, nous en voulons toujours plus.

Bizien comme à son habitude délivre une galerie de personnages habilement construite avec un bestiaire Lovecraftien dans l’imaginaire invoqué, assez effrayant il faut dire. Plutôt original d’ailleurs.

Le triumvirat composé de Kaylan, Sheelba et Shaar-Lun fonctionne à merveille tant l’auteur réussit à peindre, touche par touche, les contours de chacun, laissant planer des nuances de mystères délicieusement frustrantes autour de leur personnalité.
Ce même trio qui s’affiche avec grâce et flamboyance sur la magnifique couverture qui respire la magie, le souffle épique de l’aventure et les jeux de rôle chers à l’auteur.

On regrettera néanmoins un petit  manque de merveilleux, les histoires étant plutôt sombres voire carrément nihilistes pour l’épisode 2. Ça pourrait paraître étonnant pour un roman jeunesse mais cette approche est complètement en phase avec l’essence et la cruauté des contes de Grimm ou d’Andersen (à l’inverse de ceux revisités par Disney qui en ont oublié l’horreur pour ne se concentrer que sur le merveilleux) auquel on peut se référer pour retrouver parfois cette tonalité plus à même de réveiller l’appétit des adultes.

Pour conclure, « L’Appel du Dragon » est un roman bien abouti dont la palette d’émotions affichée devrait ravir vos têtes blondes au moment de Noël ou les faire frissonner. T’inquiète, c’est normal en décembre 😉
Si c’est bien, c’est du Bizien !

Le commentaire de Mélie suite à a chronique de David : un vrai bonheur de partager cette découverte avec toi, surtout avec un écrivain qu’on adore tous les deux mais sur un genre où l’on ne nous attendait pas. J’aime bien notre originalité pour le coup. Et nos échanges sont tellement enrichissants l’un pour l’autre. Merci pour tes conseils et ton regard avisé.

mélie

Mélie

LA CHRONIQUE DE MELIE (que vous pouvez retrouver sur son blog en cliquant là !)
« Puisqu’il faut bien mourir un jour, autant que ce soit avec panache… »
Quelle joie de retrouver mon binôme de lecture, David de C’est Contagieux ! Et pour un retour fracassant, quoi de mieux que de disséquer les mots de Jean-Luc Bizien, écrivain prolifique. Tant de talent pour un seul homme, ça m’émeut ! Admirative je suis et ravie surtout d’aborder cette lecture avec ces deux magiciens des mots.

Mon avis : Un livre fantasy et jeunesse, c’est rarement dans mes habitudes de lectrice mais c’est toujours avec grand plaisir que je me délecte des récits de Jean-Luc Bizien.

Comment vous parler de cette histoire, sans trop vous en dire ? L’Appel du Dragon est composé de deux livres. Le souffle du Dragon et l’Eveil du Dragon. Si le premier semble s’adresser à des jeunes lecteurs entre 9 et 11 ans, le deuxième quant à lui nous a paru plus sombre.

Je vois une différence d’écriture entre « Katana » – un de mes gros coup de cœur du même auteur – et « L’Appel du Dragon ». L’on sent que les lecteurs visés ne sont pas les mêmes. Plus adultes et plus aguerris pour Vent Rouge et Dragon Noir. Ici, le public ciblé est différent, plus jeune – d’ailleurs je l’ai acheté pour le plus grand de mes fils -ou alors s’adressant à des lecteurs qui voudraient découvrir le genre.

Jean-Luc Bizien a un talent indéniable pour nous ensorceler de ses mots. Il les transcende et nous les rend vivants. Certains d’entre eux sont plus parlants que d’autres et reviennent de manière récurrente pour mon plus grand bonheur. Par exemple, il utilise régulièrement, comme une signature consciente ou non, le verbe « s’ébrouer » qui à lui seul envoie une image nette et précise de la gestuelle des protagonistes. Un verbe qui sied à tous les genres et tous les personnages. Ou encore le mot « reptation », pas besoin d’expliquer puisque nous voyons directement toute la scène et l’action se dérouler devant nos yeux ébahis et émerveillés.

En parlant des personnages, les prénoms choisis par l’auteur sont magnifiques et enchanteurs. Des prénoms dont on se demande s’ils ont une quelconque signification ou sont une référence ?

Shaar-Lun est absolument parfait, mystérieux, sombre, au passé tumultueux. Oui je suis totalement amoureuse de cet intrigant voleur. C’est d’ailleurs mon addiction pour lui qui aura eu raison de mon objectivité sur l’ensemble.

Sheelba est intéressante, la belle magicienne fait des choix que je supporte difficilement et mon cri de désespoir et d’incompréhension résonne encore au plus profond des terres de Selenae.

Kaylan, quant à lui, est ce qu’il est ! On ne peut pas dire que je le porte dans mon coeur, mais comme chacun des personnages de l’auteur, il ne me laisse pas indifférente. D’autres sont plus ou moins présents, quel que soit leur passage furtif ou non dans le récit, chacun amène sa pierre à l’édifice…

Toldo. Respect !

Lucius et sa façon de parler, me rappelant Gollum.

Et cette relation très paternelle entre Arh’En Dal et Kaylan, comme dans Katana. Ce côté force, honneur et respect mutuel que j’aime beaucoup. Jean-Luc Bizien le transcende même si c’est assez commun dans le genre.

Un dernier point sur la couverture, magnifique et ce dragon que l’on ne voit que selon un angle, à la lumière… oui j’ai caressé longuement de mes doigts cette merveille. Suis une tactile

Une lecture à découvrir, un voyage à effectuer, un monde magique vous attend. Selenae vous ouvre ses portes !

Le commentaire de David suite à la chronique de Mélie : c’est toujours passionnant une lecture commune avec toi, notamment quand on se fait notre point quotidien et qu’on suppute la suite. Et surtout avec tes yeux, je découvre des choses qui m’étaient passées inaperçues comme cette récurrence de mots. C’est juste hyper stimulant !

About Smadj (1071 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

13 Comments on « L’Appel du Dragon » de Jean-Luc Bizien – La chronique qui crache des flammes ! LC avec Mélie Wolff.

  1. Hâte d’être à notre prochaine LC ❤ Toujours un plaisir immense de partager ces moments avec toi.

    Aimé par 1 personne

  2. Arrêtes de me tenter, toi !! J’adore les dragons ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

%d blogueurs aiment cette page :