News on fire

« Territoires » d’Olivier Norek – La Chronique en flammes !

No Rek, No bullshit !

« – C’est quoi cette odeur mon capitaine ? 
– Ça sent la fumée mon p’tit Pujol et crois moi y’a pas de fumée sans feu.
– Mais oui, derrière vous, je vois des flammes mon capitaine !
– Oh putain, la cité est encore en train de brûler ! ».

Des émeutes en banlieue c’est aussi fréquent que l’eau des pâtes, abandonnée sur un feu bouillonnant, qui déborde de la casserole si on ne la surveille pas avec attention. Sauf, si on y pose un couvercle. Et dans ce livre, la police y fait office de couvercle, bien évidemment.

Olivier Norek veut nous faire croire qu’il est flic. Pas du tout. C’est un chroniqueur des banlieues. C’est un conteur du malaise social et racial des villes peri-urbaines.
Car c’est quoi un flic du 9-3 ? Un dirty Harry à l’accent français ? Un éducateur à la matraque bien pendue ? Un agitateur qui remue la merde en attendant qu’elle explose hors du verre ? Un casseur de délinquants ? Un médiateur de la paix sociale ? Ou plus simplement un panseur des âmes ?

Un peu tout cela à la fois finalement. Depuis 30 ans, l’État français est dans une dichotomie la plus totale sur le sujet. À la fois désintéressé et horrifié par ce fils bâtard de l’Ile-de-France qu’est ce département. Celui qu’on cache aux invités. Comme la poussière qu’on met sous le tapis mais qu’on ne nettoie jamais vraiment. Trop cher. Trop compliqué.

Norek explique très bien cela d’ailleurs et il faudra lire « Territoires » pour se faire une idée du pourquoi de cette situation. Les explications sont clairs, réalistes. Les maillages de la politique et de ses politiciens sont détricotés, mis à nu, comme une plaie ouverte et béante.

Ce livre fait l’effet d’un nœud coulant qui se resserre autour de la gorge. Étouffant. Et salvateur.

Olivier Norek est un petit génie qui nous propose une vision juste et acérée des problèmes des habitants de ce département et des quartiers. Pas étonnant que les T-6 craquent.

Partant d’un postulat urbain bien ancré sur une base sociale, il nous déroule un film sur nos banlieues. Pas dans le genre cinema d’auteur ni blockbuster. Non, un film qui évite les clichés, ne condamne ni ne juge ses habitants de la cité. Rare et précieux. On apprend plus dans son bouquin que dans n’importe quelle chaîne d’infos ou au journal télévisé. Précieux.

Il faut cependant rappeler qu’Olivier Norek a écrit un roman et pas un essai. Et un excellent roman policier qui plus est.
Cependant, toutes ressemblances avec des personnes ou des situations existantes ne sont absolument pas fortuites. Même si Olivier se sent obligé de créer une ville fictive et de dire Malceny en lieu et place de Bobigny. Probablement pour marquer le coté « fictionnel » de l’œuvre.

On replonge avec délice au côté du Capitaine Coste et ses équipes dont la rencontre dans « Code 93 » avait été merveilleuse. Là aussi, Norek nous délivre un casting impeccable, criant de réalisme quels que soient les personnages. Du plus petit au plus grand. Avec beaucoup de profondeur et de bienveillance.

Les chapitres s’enchaînent comme le tic-tac d’une horloge huilée. Un vrai page-turner. L’écriture de Norek est svelte, fine, dégraissée. Pas de fioritures ni de remplissage. L’essentiel, juste l’essentiel. Du coup ça glisse, c’est lisse, c’est fluide. Addictif.

Un livre à conseiller, un livre à acheter, un livre à prêter, un livre à partager ; un livre contagieux en fait.

 david_picto_4

4ème DE COUV’

Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste, le calme semble être revenu au SDPJ 93. Son équipe, de plus en plus soudée, n’aura cependant pas le temps d’en profiter. L’exécution sommaire, en une semaine, des trois jeunes caïds locaux de la drogue va tous les entraîner dans une guerre aussi violente qu’incompréhensible. Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un ado de 13 ans chef de bande psychopathe, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire torturé, retrouvé mort dans son appartement, la fille d’un élu qui se fait tirer dessus à la sortie de l’école… Coste va avoir affaire à une armée de voyous sans pitié : tous hors la loi, tous coupables, sans doute, de fomenter une véritable révolution. Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ? Avec son deuxième polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames – forcément humains – où seul l’humour des  » flics  » permet de reprendre son souffle. Un imbroglio de stratégies criminelles, loin d’être aussi fictives que l’on croit, dans un monde opaque où les assassins eux-mêmes sont manipulés.

About Smadj (990 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

33 Comments on « Territoires » d’Olivier Norek – La Chronique en flammes !

  1. pas courant un 4 chez toi, c’est qu’il doit valoir son pesant de cacahuètes !!!! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. tu es matinal aujourd’hui 😉
    Tu le sais, c’est une lecture que je ferai avant Saint-Maur, et ton avis ne fait que fortement accentuer mon envie !

    Aimé par 1 personne

  3. un grand coup de coeur pour celui-là aussi !! Même si j’ai une préférence pour le premier … plus intimiste !! Dans celui-là on perd lien avec l’équipe de Coste !! Bel chronique Monsieur 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. C’est pas la première fois que je vais le dire, mais je me le note celui ci, avec Code 93, bien sur…..;)
    Ta chronique est super et donne envie d’ouvrir ses pages, malgré le sujet brulant……;)

    Aimé par 1 personne

  5. Toujours pas lu, j’attends de voir l’auteur à Saint Maur pour lui prendre. 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. He bien moi j’attendrai St Maur pour celui-ci 🙂
    Pour regarder Mr Norek dans ses beaux yeux bleus et lui dire tout le bien que je pense de lui 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Rhhhoooo que j’ai aimé!

    Aimé par 1 personne

  8. Purée, tu fais des chroniques qui donnent envie de racheter ce roman !! Oui, je le possède, oui, ça traine, oui j’en ai trop à lire, oui il faudrait que le temps puisse être mis en pause de temps en temps… 😀

    Aimé par 1 personne

6 Trackbacks / Pingbacks

  1. Saint-Maur-En-Poche 2015 : Compte-rendu du Samedi 20/01/15 – Episode 1 | Cest Contagieux!
  2. « Surtensions » d’Olivier Norek – La chronique qui se ronge les ongles… – Cest Contagieux!
  3. Quais du Polar 2016 : Compte-rendu du 2 et 3 avril 2016 – Part 1/2 – Cest Contagieux!
  4. Saint-Maur en Poche 2016 : Compte-rendu du samedi 18/06/16 – Episode 1 : Saint-Maur, ça coupe le souffle ! – Cest Contagieux!
  5. Saint-Maur en Poche 2017 – Compte-rendu du samedi 24/06/17 : De l’amour, juste de l’amour, mais beaucoup d’amour ! – Cest Contagieux!
  6. 3- LAUSAN’NOIR – LES AUTEURS- Me-Z – Sangpages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

%d blogueurs aiment cette page :