News on fire

« Pike » de Benjamin Whitmer – La chronique qui pike !

pike

Pike – Benjamin Whitmer

Pike n’est pas un rigolo, Pike n’est pas un tendre. Pike n’est pas un humaniste. Pike est en colère !

Fallait pas tuer sa fille, les gars. Pas qu’il y était attaché. Pas qu’il la fréquentait. Pas qu’il s’y intéressait. Mais sur le principe quand même, y a des choses qui s’font pas. Et en plus, il se retrouve garde-chiourme de sa p’tite fille. Ah là oui, ils l’ont vraiment mis en colère. Et il ne va pas faire de quartier. Y a de l’ingénu qui va souffrir. Car quand Pike fâché, lui toujours faire ainsi (cf le génialissime Tintin et le Temple du Soleil).

Benjamin Whitmer est un orfèvre de la phrase. Celle qui fait mouche. Celle qui tue. Celle qui casse. À la Brice de Nice mais en plus Dark. C’est à dire que quand il casse, le Whitmer, les gens meurent vraiment ou prennent cher et c’est pas que par des vannes.

Enchaînant les perles dans un collier de vicissitudes, Whitmer nous régale.
Alternant rires et rictus déformés, par tant de vices dans la gente humaine, le nihilisme est à son comble. Ici les hommes sont des salopards, les femmes des putes. Et pis c’est tout.

Chez Whitmer, les miroirs sont sombres aux reflets sales et ne renvoient que dégoûts, amertumes et déceptions.
En revanche, les personnages sont d’or, brillamment écrits, de petites pépites lustrées. Des destins brisés, des lendemains contrariés. Une fuite en avant avec pour seule issue : le mur.

Ce qui sauve le lecteur de la dépression, c’est cette écriture aiguisée, ce sens du rythme dans le mot, cette saveur particulière qui dessine des sourires sur l’estomac. Et fait glousser comme un dindon au beau milieu d’une page. Comme vous l’avez compris le roman n’est pas une galéjade, mais les répliques sont acides, implacables.

Allez, on se met dans l’ambiance :
« – Merde je suis aimant. J’entretiens sa pelouse. Je la tonds. Je la garde humide.
Rory le fixe.
– Je laboure son lopin. Je débroussaille son petit jardin de derrière.
– Encore une comme ça, dit Rory, et je t’abats. »

« – C’est possible de manger ? demanda Pike.
– C’est possible. (Il fait un geste du menton par-dessus son épaule.) On a trois mexicains dans la cuisine.
– On mange pas les mexicains. »

Whitmer situe son bouquin au milieu des années 80, à l’heur de Reagan président, et nous installe dans cette Amérique des laissés pour compte ; une Amérique à la gueule de bois au sortir de la guerre froide, qui peine à prendre soin de ses concitoyens, déçus et déchus. Des âmes à la dérive prêts à tout pour survivre, vivre n’étant déjà plus une option.

Si le style est à tomber et les personnages croquants/craquants, l’intrigue est la petite faiblesse du bouquin. L’histoire tourne vite en rond et sa résolution est lapidaire voire expéditive mais finalement on s’en fout. Redonnez- moi un p’tit noir, un Whitmer de préférence !

david_picto_3.5

4ème DE COUV’

Pike n’est plus l’effroyable truand d’autrefois, mais il a beau s’être rangé, il n’en est pas plus tendre. De retour dans sa ville natale des Appalaches proche de Cincinnati, il vit de petits boulots avec son jeune comparse Rory qui l’aide à combattre ses démons du mieux qu’il peut. Lorsque sa fille Sarah, disparue de longue date, meurt d’une overdose, Pike se retrouve en charge de sa petite-fille de douze ans. Mais tandis que Pike et la gamine commencent à s’apprivoiser, un flic brutal et véreux, Derrick Kreiger, manifeste un intérêt malsain pour la fillette. Pour en apprendre davantage sur la mort de Sarah, Pike, Rory et Derrick devront jouer à armes égales dans un univers sauvage, entre squats de junkie et relais routiers des quartiers pauvres de Cincinnati.

About Smadj (934 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

19 Comments on « Pike » de Benjamin Whitmer – La chronique qui pike !

  1. ca a ‘air completement décalé, je pourrais bien me laisser tenter….;)

    Aimé par 2 people

  2. Je l’avais lu l’année dernière, ou celle d’avant, je sais pu, mais c’était une autre couverture !

    En effet, c’est noir, décapant, mais l’intrigue un peu en rond à la fin… Par contre, les dialogues, c’est pas de la dentelle !! Purée, ça y va à fond, à sec et sans élan 😉

    Aimé par 2 people

  3. PS : paraît que le lama ne crache pas, en fait… Hergé a donné une fausse info qui poursuit encore les lamas de nos jours ! PTDR

    Aimé par 1 personne

  4. du lourd ! du très lourd !! du roman comme ca j’en reprends à la louche pas toi? 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. heureusement que les persos sont d’or, parce que point de lumière dans le noir si j’ai bien compris !

    Aimé par 1 personne

  6. Tu fais une série »dejantee » en ce moment dis moi !

    Aimé par 1 personne

1 Trackback / Pingback

  1. « L’Enfer de Church Street  de Jake Hinkson – La Chronique Hérétique | «Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, ateliers d'écriture, quelques écrits .

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

notes bleues pour nuits noires

Blog littéraire et bien plus avec affinités, cinéma, théâtre et autres sorties culturelles

%d blogueurs aiment cette page :