News on fire

« Les Animaux Fantastiques » de David Yates – La chronique qui fait rugir de plaisir !

les_animaux_fantastiques_affiche

Les Animaux Fantastiques – David Yates

Le Pitch : Les aventures de Norbert Dragonneau, l’auteur du livre Les Animaux Fantastiques qu’étudiait Harry Potter. New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale.

Sortir d’une séance de cinéma et ressentir ravissement et enchantement, voilà un plaisir simple et merveilleux. Puis observer le contentement dans les yeux de ceux, petits et grands, qui t’accompagnent, n’est-ce pas approcher un sentiment de plénitude délectable, un moment de communion exquis ?

« Les Animaux Fantastiques » est indéniablement ce genre de films, de celui qui te projette dans un autre monde, t’embarque illico hors d’une réalité vivace, te rend ton âme d’enfant tant les images imprègnent tes rétines de leur fantasmagorie pour y brûler de mille feux.

Car la réalisation de David Yates fait mouche, non pas dans le style, somme toute très classique mais dans la richesse des visuels et de l’immersion proposée. Yates n’est sûrement pas un génie virtuose mais sa caméra se mue en un pinceau extraordinaire qui dessine des esquisses flamboyantes.

Quel plaisir de prolonger l’expérience vécue initialement sur la franchise Harry Potter en se voyant paradoxalement proposer quelque chose de complètement différent. C’est le même univers certes (avec 70 ans d’écart tout de même) mais l’ambiance y est vraiment différente, les enjeux et la construction aussi.

les_animaux_fantastiques

Les Animaux Fantastiques – David Yates

Et c’est ce qui en fait le sel. Car l’univers « confiné » et so British de Poudlard s’étire ici en version XXL et permet de découvrir l’univers des sorciers américains et plus particulièrement celui des sorciers New-Yorkais. Ce qui ouvre une palanquée de possibilités. D’ailleurs, quatre suites sont d’ores et déjà annoncées.
Pour la petite histoire, il convient de préciser que JK Rowling (la créatrice de Harry Potter) est complètement intégrée au projet puisqu’elle est la principale scénariste du film (contrairement aux adaptations d’Harry Potter) et garde le contrôle total sur son univers. Ce qui est une très bonne nouvelle pour les fans.

Le point fort du film est évidemment le bestiaire développé pour l’occasion (d’où le titre). C’est d’une inventivité rare. Une fraîcheur pour l’imagination tant ce bestiaire crée des étincelles soyeuses qui caressent l’œil. Riche, ambitieux et délicieux.

les_animaux_fantastiques

Les Animaux Fantastiques

les_animaux_fantastiques

Les Animaux Fantastiques

les_animaux_fantastiques

Les Animaux Fantastiques

L’autre particularité de ce film est de mixer noirceur et humour, aussi complémentaires que le mélange des touches noires et blanches d’un piano délivrant une mélodie enivrante.
Question humour, on parlera ici d’humour de situation résonnant comme un vibrant hommage aux films muets de Chaplin ou Buster Keaton. Notamment pour le personnage de Jacob Kowalski joué par Dan Fogler, que le « Fossoyeur de films » associe à un Oliver Hardy (lien ici pour voir sa vidéo). La comparaison est juste.

dan_fogler_les_animaux_fantastiques

Dan Fogler – Les Animaux Fantastiques

Puisqu’on parle des personnages, Eddie Redmayne dans le rôle de Norbert Dragonneau, est extraordinaire de justesse, avec son regard fuyant, sa bouche pincée et ses yeux malicieux. Il réussit à créer une figure archétypale, à proposer une tonalité originale avec une composition détachée, à la limite de l’autisme, apportant une pincée d’innocence bienvenue.

eddie_redmayne_les_animaux_fantastiques

Eddie Redmayne – Les Animaux Fantastiques

L’on tutoierait donc le sublime si le film ne présentait pas quelques faiblesses. Car si l’univers est d’une richesse incroyable, quel dommage que l’histoire soit aussi plate. Et répétitive. Les personnages, bons ou mauvais, passent leur temps à se courir les uns après les autres. C’est quasiment le moteur récurent de l’action. Sur plus de deux heures, ça lasse. Au détriment d’une exposition correcte du reste du casting d’ailleurs qui aurait gagné à avoir un développement plus étoffé. On nous sert une mise en bouche là où être repus demeurait notre attente. On sent que la production (et particulièrement la scénariste de luxe) en garde sous le coude pour les prochains opus…
Généreux dans l’univers, radin dans l’histoire, avouez que c’est ballot !

david_picto_3.5

About Smadj (959 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

6 Comments on « Les Animaux Fantastiques » de David Yates – La chronique qui fait rugir de plaisir !

  1. 3.5/5 du coup ? Eddie Redmayne, n’est ce pas l’acteur principal de The Danish Girl ? (Je me trompe peut-être…) Très belle critique en tout cas ! 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Oui 3,5/5 mais ça n’empêche que ce film vaut vraiment d’être vu au cinéma et la promesse d’un nouvel univers à explorer est toujours enthousiasmante 😊
    C’est bien le même acteur.
    Merci beaucoup Eric, content que la chronique t’ait plu 😊

    J'aime

5 Trackbacks / Pingbacks

  1. Box-Office US du 27/11/16 : La vague « Vaiana »déferle sur le box-office ! – Cest Contagieux!
  2. Box-Office France du 29/11/16 : « Les Animaux Fantastiques » n’ont besoin d’aucun « Alliés » pour triompher ! – Cest Contagieux!
  3. Box-Office US du 04/12/16 : « Vaiana », vahiné d’un box-office mollasson ! – Cest Contagieux!
  4. Box-Office France du 06/12/16 : Après l’Amérique, « Vaiana » envoûte la France ! – Cest Contagieux!
  5. Box-Office US du 11/12/16 : on prend (quasi) les mêmes et on recommence ! – Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Le webzine en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

%d blogueurs aiment cette page :