News on fire

« Sicario 2 La Guerre des Cartels » de Stefano Sollima – La chronique qui a une carte à jouer !

sicario_la_guerre_des_cartels_stefano_sollima

Le pitch : Les cartels mexicains font régner la terreur à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Rien ni personne ne semble pouvoir les contrer. Lorsque le gouvernement américain se met à soupçonner ces organisations criminelles d’introduire des terroristes sur leur sol, l’agent fédéral Matt Graver fait de nouveau appel au mystérieux Alejandro pour enlever la jeune Isabela Reyes, fille du chef d’un des plus gros cartels, afin de déclencher une guerre fratricide entre les gangs. Mais la situation dégénère et la jeune fille devient un risque potentiel dont il faut se débarrasser. Face à ce terrible choix, les deux hommes en viennent à remettre en question tout ce pour quoi ils se battent depuis des années…

C’est perplexe que l’on ressort de la séance de ce second volet de Sicario. Déjà la traduction française induit en erreur, le titre original étant « le jour du soldat » (Day of Soldado) et non « la guerre des cartels » ce qui est plus juste.

Perplexe car le film plutôt réussi et intéressant ne transcende pas son matériau de base. Certes c’est un actionner excitant, plus nerveux que le premier opus. Mais que l’on y gagne en nervosité on le perd en intensité, on y reviendra plus bas.

(l to r) Josh Brolin, Jeffrey Donovan and Benicio Del Toro

(l to r) Josh Brolin, Jeffrey Donovan and Benicio Del Toro

Le premier Sicario réalisé par Denis Villeneuve était maîtrisé dans sa réalisation (un chef-d’œuvre de réalisation et de technicité) et proposait une atmosphère étouffante et humide mais s’enlisait avec son personnage principal pleurnichard, jouée par une Emily Blunt en demi-teinte, au détriment des excellents Josh Brolin et Benicio Del Toro. On était ressorti de la salle avec un sentiment de frustration aiguë, convaincu d’être passé à côté d’un grand film.

Pour cette suite, exit Villeneuve (ouch !) et exit Blunt (ouf!), welcome to Stefano Sollima (« ACAB » et l’extraordinaire « Suburra ») et on garde la paire Brolin/Del Toro (yesss !) qui voit son importance renforcée.

Si l’on perd donc l’intensité de la réalisation d’un Denis Villeneuve que Sollima n’égale pas sur ce point, loin s’en faut, il faut avouer que ce dernier y apporte une viscéralité plus immédiate et une efficacité qui faisait défaut au canadien. Les scènes s’enchaînent sans temps mort avec une envie d’en découdre. Du coup, le métrage est prenant et t’embarque vers un voyage sans retour en terre mexicaine.

C’est l’actoring qui est la réussite principale du film. Brolin et Del Toro y sont magistraux. Leurs scènes partagées proposent de grands moments vibrants de cinéma et c’est avec délice que l’on se laisse glisser dans leurs bras quitte à y récolter le baiser vénéneux de leurs étreintes mortifères. Par moment, ça sonne comme du Pacino/De Niro période « Heat ». Pas moins. C’est dire.

Benicio Del Toro and Isabela Moner

Benicio Del Toro and Isabela Moner

L’autre surprise venant de la jeune Isabela Moner qui joue la fille d’un baron de la drogue et dont le jeu mêle force et fragilité avec une facilité déconcertante.

Beaucoup de belles choses donc dans un amoncellent de thématiques. Et c’est principalement ici que le bât blesse. Taylor Sheridan, le scénariste surdoué du premier opus et de l‘excellent « Comancheria » pêche ici par excès.

SOL_D48_15727.ARW

SOL_D48_15727.ARW

Le sentiment que le film change systématiquement de direction et ne va jamais au bout de son propos est déroutant. Je déroule, prenez votre respiration : Débuter sur une attaque terroriste d’islamistes sur le sol américain puis enchaîner sur le déclenchement d’une guerre entre cartels au Mexique pour finalement devenir une chasse à l’homme – tout en proposant une réflexion sur la paternité – et terminer en survival, cela fait beaucoup pour un seul et même film et donne l’impression d’assister à un film pas abouti. C’est frustrant et c’est dommage.

Benicio Del Toro

Benicio Del Toro

De plus, si le film reste plaisant, il n’imprégnera pas de manière aussi durable les rétines comme avait réussi à le faire Denis Villeneuve avec son premier opus (la chronique ici !), les plans sont moins définitifs, la photographie moins somptueuse.

Cependant, « Sicario La Guerre des Cartels » est un bon summer movie décomplexé qui ne se prend pas la tête et distraie efficacement. Ne boudons donc pas le plaisir mais souhaitons le troisième volet soit plus resserré dans son propos.

david_picto_3

Un grand merci à Mensch Agency, à Zvi David Fajol et aux équipes de Metropolitan Filmexport pour l’invitation à la projection privée.

About Smadj (1076 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

6 Comments on « Sicario 2 La Guerre des Cartels » de Stefano Sollima – La chronique qui a une carte à jouer !

  1. Bon ben j’avais décidé d’y aller ….. Ben j’irais
    Le 1er Sicario m’avait un peu laissé sur ma fin
    Je ne vais pas rater celui ci
    Merci David

    Aimé par 1 personne

  2. tres belle chronique encore et encore j irais voir 2 car sinon je vais pas comprendre il faut voir les deux merci mon David pour tout ce que tu fait

    Aimé par 1 personne

  3. Toujours un atout dans ta manche 😛 Bon, si déjà ils font des fautes à la traduction, où va-t-on je vous le demande, ma bonne dame ! Heu, mon bon monsieur 😆

    Aimé par 1 personne

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Box-Office US du 17/06 et du 24/06/18 : « Les Indestructibles » affrontent les dinosaures ! – Cest Contagieux!
  2. Box-Office US du 01/07/18 : Les dinos sortent les crocs face aux Indestructibles ! – Cest Contagieux!
  3. Box-Office US du 08/07/18 : Mais quelle fourmi a piqué le box-office ? – Cest Contagieux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Sam délivre ses livres

“Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” - Jules Renard

DIVINE NUANCE

Photos Noir & Blanc

A vos crimes !

Le polar dans tous ses états, mais pas que...

Les Imposteurs

Littérature, essais, poésie, polar, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Blog littéraire - Chroniques de thrillers et polars

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

Petit Pingouin Vert

Ici je vous raconte ma vie et parfois je parle bouquins aussi ( parfois)

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

%d blogueurs aiment cette page :