News on fire

« Une Pluie Sans Fin » de Michael Farris Smith – La Chronique qui n’a pas peur de se mouiller !

Que d’eau que d’eau disait Hollande sur son pédalo…

Présenté comme un succédané de « La Route » de McCarthy – Ouch la référence balle dans le pied tant ce livre est culte – ou comme un roman post-apo, « Une Pluie Sans Fin » est en fait un roman noir, aux relents de western Mad Maxien, tout simplement.
Avec ses thèmes de prédilection : l’anti-héros solitaire et dépassé, la course au fric, la trahison, la luxure, la convoitise, l’appât du gain et les meurtres.

Ce qui n’en fait pas un roman quelconque pour autant, l’idée de cette pluie diluvienne, sans fin, est un ajout bienvenue et original. Les conséquences de cette catastrophe naturelle vont ponctuer le récit d’éclats scénaristiques audacieux qui vont tenter de rendre ce roman unique et différent, à la voix haut perchée.

Découpé en quatre parties, le bouquin installe son cadre et ses personnages lentement, très lentement, trop lentement sans doute. Il faut atteindre la fin de la deuxième partie pour enfin frissonner et ressentir de la tension. Mais en revanche, arrimé sur les troisième et quatrième parties, le lecteur n’aura d’autre choix que de se laisser porter et dériver sur les flots sournois et sombres de l’histoire, abandonnant tout espoir lui qui entre ici.

Michael Farris Smith, en v’là un nom de cow-boy, nous propose une chevauchée désespérée, sorte de course contre la montre à travers le sud des Etats-Unis.

Nous suivrons donc une poignée de survivants qui, pour échapper aux tempêtes et intempéries mortelles, tenteront de remonter sur des territoires plus secs ; une nuée de personnages, plus ou moins réussis, qui vont graver le livre de leur empreinte.

Quand au personnage principal, Cohen, perclus de traumatismes et de chagrins suite au décès soudain de sa femme enceinte, il devra emprunter un chemin de croix émaillé de souffrances, de douleurs et de déchirures et devra morfler encore plus pour atteindre une quelconque rédemption. Autant dire que l’auteur va s’acharner dessus pour notre plus grand plaisir de lecteur sadique.

L’écriture est sublime. Elle est travaillée, concassée, roulée en boule pour en extraire un suc vénéneux et poétique, grandiloquent parfois mais efficace, aux rotondités harmonieuses et à la croupe accueillante.

« La fillette dont l’esprit avait été un feu d’artifice d’ouragans romantiques, de fantômes et d’esprits animés, était devenue une jeune femme à l’imagination insatiable massacrée par les arêtes tranchantes du réel. »

L’intrigue aurait néanmoins gagné à être resserrée d’une bonne centaine de pages pour gagner en efficacité et en pugnacité.

david_picto_3.5

Un grand merci à la Masse Critique de Babelio et aux Éditions Super8.

4ème DE COUV’

Après des années de catastrophes écologiques, le sud des États-Unis, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man’s land. Plutôt que de reconstruire sans cesse, le gouvernement a tracé une frontière et ordonné l’évacuation de la zone. Au sud de la Ligne se trouve désormais une zone de non-droit ravagée par les tempêtes et les intempéries incessantes – sans électricité, sans ressources et sans lois. Cohen fait partie des rares hommes qui ont choisi de rester. Incapable de surmonter la mort de sa femme et de l’enfant qu’elle portait, il tente tant bien que mal de redonner un sens à sa vie, errant sous une pluie sans fin. Des circonstances imprévues vont le mettre en présence d’une colonie de survivants, menée par Aggie, un prêcheur fanatique hanté par des visions mystiques. Celui-ci retenant contre leur gré des femmes et des enfants, Cohen va les libérer et tenter de leur faire franchir la Ligne. Commence alors un dangereux périple à travers un paysage désolé, avec pour fin l’espoir d’une humanité peut-être retrouvée.
Prophétique, sans concession, portée par une langue incantatoire, cette histoire de rédemption aux accents post-apocalyptiques révèle un auteur de tout premier ordre. Une pluie sans fin est de ces romans qui continuent de hanter leur lecteur bien après la dernière page.

About Smadj (943 Articles)
Plus que des quatrièmes de couverture, plus que des résumés de films, c'est de la passion et de l'émotion que vous découvrirez ici.

23 Comments on « Une Pluie Sans Fin » de Michael Farris Smith – La Chronique qui n’a pas peur de se mouiller !

  1. Je l’ai reçu la semaine dernière suite à la chronique de Geneviève de Collectif Polar. Je ne vais pas tarder à le lire aussi.

    Aimé par 2 people

  2. Celui là je veux le lire absolument….Me manque que le temps……mdr
    Il a l’air vraiment pas mal, j’adore les romans post-apocalyptiques!!!!!;) Certainement chronique à venir dans l’été……;)

    Aimé par 1 personne

  3. moi y a en avoir aimé ce livre, même s’il ne révolutionne rien. Oui il est sacrément bien écrit
    et c’est marrant, moi je trouve qu’il aurait mérité d’être augmenté de 100 pages e plus pour vraiment prendre un autre essor 😉

    Aimé par 1 personne

  4. c’est marrant il ne m’a jamais tenté celui là, pourtant le trip post apocalyptique c’est plutôt mon style… va comprendre….

    Aimé par 1 personne

  5. Je l’ai… je dois m’y mettre mais j’ai peur d’être trempée…j’aime pas la pluie!!! hihihihi

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Les Imposteurs

Littérature, polar, science-fiction, mauvais genre

Cheeky-Gamer

Un geek qui s'ouvre au monde

Je suis un gameur.com | Le jeu vidéo avec passion !

De l'actu, des tests de jeux vidéo, guides de trophées et autres débats, voilà ce que vous réserve Je suis un gameur.com.

Anaïs Serial Lectrice

Je suis une serial lectrice, et j'ai beaucoup, beaucoup de victimes à mon actif...

Le petit monde d'Isa...

"On ne trouve de bon dans la vie que ce qui la fait oublier..."

Once Upon A Dream Girl

The best thing about fiction is to escape from your life, to be able to live hundreds or even thousands of different lives.

Dealer de lignes

De la bonne came pour les yeux et les oreilles

June & Cie

"Eventually everything connects."

Un livre un jour

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.

Petit Pingouin Vert

Des chroniques en direct de la banquise

Mes Polars & Compagnie

Lectrice en série de polars, de thrillers et romans noirs...

Les billets de Fanny

Blog culturel : littérature (adulte, ado, jeunesse, tout-petits), cinéma, mes romans.

EmOtionS - Blog littéraire et musical

Chroniques et avis, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF...

notes bleues pour nuits noires

Blog littéraire et bien plus avec affinités, cinéma, théâtre et autres sorties culturelles

%d blogueurs aiment cette page :